L'homme qui voulait rentrer chez lui

Soumis par HashtagCeline le jeu 06/02/2020 - 22:10
"Jeff et son frère Norbert ont trouvé un fugitif dans la cave de leur immeuble. Est-ce un migrant ? Un criminel en cavale ? Un malade mental ? Impossible à dire."
#EricPessan

 

J'ai lu plusieurs romans d'Eric Pessan et je dois bien reconnaître que j'aime beaucoup sa façon d'écrire. La foret de Hokkaido (EDL, 2017) m'avait vraiment conquise, me plongeant dans une histoire sensible et déstabilisante auprès de Julie et de ses visions...

J'avais été touchée par l'histoire de Norbert dans La plus grande peur de ma vie (EDL, 2017).

De fait, j'ai eu le plaisir de retrouver l'une et l'autre dans L'homme qui voulait rentrer chez lui. Ils n'en sont pas les personnages principaux. Le narrateur, c'est Jean-François, Jeff, le petit frère de Norbert.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Jeff et son frère Norbert ont trouvé un fugitif dans la cave de leur immeuble. Est-ce un migrant? Un criminel en cavale ? Un malade mental ? Impossible à dire. L’homme est étrange, il a la peau trop blanche, les yeux sans pupilles, et il ne s’exprime qu’en faisant claquer sa langue. Il semble traqué, mais il refuse de s’éloigner de la tour où habitent les deux frères. Comment vont-ils le cacher alors que l’immeuble, voué à la démolition, sera détruit dans quelques semaines ?"

 

#EtrangeEtranger

 

Eric Pessan est un poète.

Durant ma lecture, j'ai relevé de nombreux passages. Beaucoup de mots ont résonné en moi.

Cette histoire, comme La forêt de Hokkaido ou Les étrangers (EDL, 2018), frôle le fantastique. La frontière est mince. On ne sait jamais quel chemin l'auteur veut nous faire emprunter.
En effet, cet étranger, pendant une grande partie du roman nous pose question quant à sa nature. Il est l'étranger, celui qui fuit un pays, une guerre, un peuple, un monde, une planète? Qui sait...?

Mais au final, s'il est un élément majeur du récit, ce n'est pas forcément lui qui m'a le plus touchée. Pour ma part, le plus émouvant a été tout ce qui tournait autour de la vie de l'immeuble et de ses habitants.

J'ai beaucoup aimé toute la réflexion autour de ce qu'impliquait sa destruction. 

Comme Jean-François, le héros, qui voit alors son lieu de vie d'un autre oeil. Son quartier, les lieux dans lesquels il se promène chaque jour lui apparaissent différemment. J'ai beaucoup aimé la façon dont Eric Pessan aborde le fait de voir une page de sa vie se tourner, un pan de vie qui s'écroule sans qu'on puisse rien y faire.

Ce qui m'a aussi beaucoup émue, c'est la relation de Jeff et Norbert ainsi que celle qu'ils entretiennent avec leurs parents. C'est terriblement banal et très juste. Jeff pense connaître sa famille, son immeubles et toutes ces choses autour de lui,  mais les a t-il vraiment bien regardés? Ne voit-on pas parfois que ce que l'on veut bien voir?
Tous les passages sur les souvenirs et le temps qui passe comme ceux sur les parents qui ont changé au fil des années, m'ont vraiment bouleversée.

Ce roman m'a tout de même laissée une drôle d'impression. En effet, je dois bien dire que mon début de lecture a été un peu difficile. Mais peu à peu, je me suis laissée prendre par l'atmosphère et l'écriture d'Eric Pessan.
Pas déçue, pas complètement conquise... Entre deux, à la frontière...

Mais je ne peux pas nier que cette histoire m'a fait ressentir beaucoup d'émotions. Et ça c'est déjà beaucoup.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires émouvantes.

Pour ceux et celles qui aiment les romans entre réel et fantastique.

Pour ceux et celles qui pensent connaître leur monde.
 

Pour tous et toutes à partir de 13-14 ans.

 

Auteur
Collection
Public
Date de sortie
Nombre de pages
192
Prix
14.50 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Bordeterre
"Mes agneaux, je veux pas me mêler de vos suicides collectifs, ça vous regarde, mais pour paraphraser Archimède, tout corps plongé dans la merde qui tenterait d’en sortir brutalement s’enfonce…
#bordeterre, #juliathevenot, #exprim, #sarbacane
Classe de lune
Parfois, des images suffisent. Classe de lune, l'album sans texte de John Hare nous le prouve.
#classedelune, #johnhare, #pastel, #ecoledesloisirs
Un été à Sommerby
"Tout a commencé par une terrible nouvelle. Il en va parfois ainsi : il arrive quelque chose d'épouvantable, mais quand on y repense quelques années plus tard, on se rend compte que c'est par là,…
#uneteasommerby, #kirstenboie, #fleurus, #lireengrand
Snap Killer
"La nuit est belle, noire, sans étoiles, sans lune, à peine fraîche."
#snapkiller, #sylvieallouche, #syrosjeunesse, #syros
Sauvages
Nathalie Bernard a bien choisi le titre de son nouveau roman : Sauvages. Ce mot peut définir un animal, un milieu, des hommes mais évoque aussi la cruauté et la violence. Ici, il est employé à…
#sauvages, #nathaliebernard, #thierrymagnier
Super Coquet contre Captain Tounu
Un album que j'ai reçu grâce à l'opération Masse critique de Babelio. Bonne pioche !
#supercoquetcontrecaptaintounu, #berengeredelaporte, #marmaille&compagnie
Lettre à toi qui m'aimes Lettre à toi qui m'aimes

"On a laissé flotter un long moment sans rien dire, à regarder le plafond et à se repasser la conversation. Là-dessus, tu as murmuré l’une de tes citations préférées :

“C’est comme ça qu’…
#lettreatoiquimaimes, #juliathevenot, #sarbacane

Méga-Souris
Des super-héros imaginés par Barroux et Séverine Vidal. J'adore !
#megasouris, #barroux, #severinevidal, #mangojeunesse
La tête dans les nuages
Un album étonnant qui se déplie pour nous faire découvrir des scènes de la vie de tous les jours (enfin presque) à chaque étage d'un immeuble...
#latetedanslesnuages, #tomschamp, #littleurban
Les Mondes de l'alliance Tome 1 L'ombre blanche
Didier Jeunesse propose une fois encore de découvrir un auteur et un univers. Dans ce premier volet de la trilogie Les Mondes de l’Alliance, David Moitet pose les jalons de son incroyable histoire,…
#espace, #aventure, #adolescence, #fantastique, #mystère, #futur