La petite vache qui grimpait aux arbres

Soumis par HashtagCeline le mer 15/02/2023 - 17:50

“Tina était une petite vache pleine de curiosité. Elle avait soif de découvertes.

Son esprit était rempli d’idées merveilleuses, que ses soeurs trouvaient toujours très stupides.

- IMPOSSIBLE ! RIDICULE ! ABSURDE ! disaient-elles chaque fois que Tina leur confiait ses fabuleux projets.”

#GemmaMerino

Il y a un album tout mignon que j’ai dans les fonds de la bibliothèque où je travaille et que je lis régulièrement : Le crocodile qui avait peur de l’eau (Casterman, 2014). À tort, je n’avais pas particulièrement prêté attention à son autrice-illustratrice.

Quand j’ai vu passer La petite vache qui grimpait aux arbres, il m’a semblé tout à fait craquant. Et effectivement, en le lisant, j’ai craqué ! Et j'ai fait le rapprochement.

Je crois que ce que j'aime avec Gemma Merino, c’est ça : elle nous raconte une histoire simple mais c’est joliment efficace. Avec ses illustrations douces et son message positif et réconfortant, cet album fait du bien, assurément.

 

Tina

#DeQuoiParleCetAlbum?

Tina est une petite vache à l’imagination débordante qui voit, contrairement à ses trois soeurs, plus loin que le bout de son pré.
Quand elle tente de leur parler de ses projets, elle se fait sans cesse rabrouer. Mais heureusement, elle a de la suite dans les idées.
Ainsi, elle qui rêve de voler, va oser et grimper à un arbre. Haut, très haut. Au sommet de cet arbre, elle va faire une rencontre étonnante qui va lui donner des ailes, au propre comme au figuré.

 

Tina

#OhLaVache!

Parfois, les meilleures histoires sont les plus simples et là j’avoue, que je trouve que la simplicité fonctionne parfaitement.
Cette petite vache qui ose aller au bout de ses envies, malgré les moqueries et réticences de ses sœurs, est très courageuse. Et elle offre à ces dernières la possibilité de faire ce qu’elle-même a fait : élargir leur horizon.
Ainsi, grâce à Tina (c’est le nom de notre héroïne à cornes), on découvre un monde insoupçonné dans la canopée. Et surtout, un habitant un peu extraordinaire qui, comme la petite vache, subit la mauvaise réputation ou les préjugés de son espèce. Pourtant, il est très bienveillant et pas du tout comme on pourrait l’imaginer.
Tout ceci nous est raconté dans un récit très rythmé par des répétitions :
- dans le texte avec les exclamations des trois vaches ignorantes (au départ) “IMPOSSIBLE ! RIDICULE ! ABSURDE !”. Elles n’ont que ses mots à la bouche pour répondre à leur sœur.
- dans le récit avec l'expérience de Tina qui va ensuite être tentée par ses soeurs butées (mais au fond sans doute un peu inquiètes et intriguées ) pour partir à sa recherche.

Et de fait, ce récit fonctionne très bien en lecture à voix haute (testé et approuvé par ma fille et des enfants de la bibliothèque).

Par ailleurs, pour ne rien gâcher, j’aime beaucoup l’univers graphique de Gemma Merino avec son trait épais mais vaporeux, ses tâches de peintures diluées qui forment les feuillages multicolores de la forêt. C’est doux, coloré, enfantin et vraiment charmant.

Voilà un bel album qui se lit et qui se relit pour ne plus avoir peur d’aller au bout de ses rêves et toujours croire en soi. Car à bien y regarder, sortir des sentiers battus et faire ce qu’on n’attend pas pourrait, en plus d'être un moyen d'apprendre et grandir, être une bonne source d'inspiration pour d’autres…

 

Les trois soeurs de Tina

#PourQui?

Pour les enfants qui parfois n’osent pas.
Pour les enfants qui aiment les histoires de vaches pas comme les autres.
Pour les enfants qui rêvent de voler.
Pour les enfants curieux.

Pour tous les enfants à partir de 4 ans.

 

Dans la forêt
Auteur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
40
Prix
13.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Où l'océan rencontre le ciel
"Lucas vivait près de la mer, et la mer vivait près de Lucas. C'est une journée idéale pour sortir en mer, aurait dit son grand-père."
#ouloceanrencontreleciel, #thefanbrothers, #littleurban, #album
Les derniers des branleurs Les derniers des branleurs

“Il est quelle heure? C’est quoi la date? Il fait nuit ou jour? Tout ça n’a plus de sens. N’en a jamais eu, n’en aura jamais. Les mêmes choses en boucle.”


#lesderniersdesbranleurs, #vincentmondiot, #lddb, #actessudjunior
Désorientée
"Sourire, plonger ses pupilles dans les yeux étrécis de sa mère. Elle connaît les règles depuis sa petite enfance : elle les a intégrées, digérées. Louise la gentille petite fille, l'adolescente…
#desorientee, #marinecarteron, #icimaintenant, #casterman, #letsread, #vincentvilleminot
Mes idées folles
« Heureux celui qui trouve la folie de perdre la raison. »
#mesideesfolles, #axlcendres, #sarbacane, #exprim
Chère Fubuki Katana
Je l'attends chaque année (ou presque) avec fébrilité. Quoi donc? Le nouveau roman d'Annelise Heurtier.
#cherefubukikatana, #anneliseheurtier, #casterman, #letsread
Un mois à l'Ouest
En ouvrant un roman de Claudine Desmarteau, il faut s’attendre à tout : au meilleur et parfois au pire.
#unmoisalouest, #claudinedesmarteau, #thierrymagnier, #roadtrip, #amour
Signe particulier : Transparente
Je me suis totalement laissée prendre "par le frisson de la transparence" !
#signeparticuliertransparente, #nathaliestragier, #syros
Dans la gueule du diable Dans la gueule du diable

"Amina ne lui laissait pas le choix. C'était tout ou rien. Refuser, c'était passer pour un dégonflé. Renoncer, c'était étouffer la curiosité qui l'étreignait. Mais accepter... c'était sans doute…
#danslagueuledudiable, #anneloyer, #mijade, #zonej

Hamaïka et le poisson
Quand je pars en Polynie, je sais désormais que je reviendrai ravie de mon voyage.
#hamaikaetlepoisson, #pierrezapolarrua, #anastasiaparrotto, #petitepolynie, #memo
Emmurées
Sophie vient de vivre un drame. Elle part quelques jours chez son oncle pour se changer les idées... Etait-ce vraiment une bonne idée?
#emmurees, #alexbell, #milan, #pageturners, #frozencharlotte, #poupées