C'était un accident

Soumis par HashtagCeline le mar 09/07/2019 - 20:43
"Mon corps me lâche, mes jambes se dérobent sous moi, je me retrouve assise tandis que l'information se fraie un chemin jusqu'à mon cerveau avec peine car celui-ci la refuse en bloc."
#BonsRéseaux

 

Encore une découverte littéraire que je fais grâce aux réseaux sociaux... Si parfois je doute et m'attriste de ce que j'y lis, à d'autres occasions, comme ma rencontre avec le livre d'Isabelle Lagarrigue, je suis plus optimiste.
Car C'était un accident est une jolie surprise.

Ce roman m'a d'abord attirée par sa couverture très réussie et accrocheuse.
Et je n'ai pas été déçue par l'histoire qui se cachait derrière.
 

#DeQuoiÇaParle?

 

L'héroïne d'Isabelle Lagarrigue cumule les sources de moqueries : son prénom et sa couleur de cheveux. Etre rousse et s'appeler Prune, c'est le comble. Et Prune en veut un peu à ses parents. Pour ça mais aussi pour lui avoir mis dans les pattes deux petites soeurs insupportables, Alpha et Bêta (des surnoms trouvés par Prune). Pour échapper à sa famille, elle s'est inscrite à l'internat et ne rentre chez elle que le week-end. 

Prune est une ado comme beaucoup d'autres, un peu rebelle mais pas méchante.

Elle cherche à plaire aux autres et de fait, ne s'entoure pas forcément des bonnes personnes. Ainsi, elle passe du temps avec Addison, une jeune fille populaire, et elle sort plus ou moins (enfin plutôt moins) avec Lucas, un garçon mystérieux et taciturne. 

Prune écrit son journal et rédige des listes pour tout et sur tout. Ca l'aide à prendre du recul. Et du recul, la jeune fille va avoir besoin d'en prendre pour faire face à cet accident qui va tout bouleverser...

 

#C'EstLaVie

 

Isabelle Lagarrigue réussit vraiment à nous faire rentrer dans la tête d'une adolescente. Elle nous parle simplement mais de façon très juste de tout ce qui occupe l'esprit à cet âge-là. Les moqueries, les apparences, les relations amicales ou amoureuses, la vie de famille... 

Et ce qui est tout à fait remarquable, c'est qu'au milieu de tout ça, elle réussit à nous parler du deuil avec finesse. J'ai trouvé qu'elle était vraiment très près de ce que peut-être le cheminement, les réflexions et les réactions qui surgissent dans ce genre de situations dramatiques. Prune avec ses interrogations, doutes et peurs est très crédible. 

On est dans le vrai. De fait, c'est très émouvant. Prune est perdue. Sa famille est déstabilisée et tout le reste (ses repères, ses études, ses relations avec les autres) aussi. Cet événement dramatique, cet accident dont personne ne veut lui parler clairement, remet toute sa vie en cause. Comment continuer, avancer après un tel traumatisme? 

A travers l'histoire de Prune, l'autrice fait passer de très belles idées et beaucoup d'émotion sans non plus adoucir la douleur ressentie par l'héroïne. J'ai trouvé que les réactions des uns et des autres, plus ou moins proches étaient réalistes : le père qui s'enferme dans sa peine, la tante psy qui essaie de redonner le sourire à tout le monde mais aussi les amis qui s'éloignent... Les choses ont changé. Il va falloir vivre autrement. Accepter. 

Et dans toute cette tristesse, il y a tout de même de l'humour grâce notamment à Mathilda, la camarade de chambre d'internat de Prune qui va se révéler une alliée de poids dans cette épreuve. Avec ses tee-shirts à message (il y en a des vraiment chouettes) mais aussi son côté spontané et farfelu ( elle collectionne les feuilles de papier toilette), elle apporte une légèreté bienvenue à l'histoire. Prune garde aussi un certain sens de la dérision. 

Et puis il y a Antoine, cet ami d'enfance avec qui elle renoue des liens, notamment lors de courses à pied improvisées. Avec lui, c'est le passé qui refait surface faisant également remonter des sentiments encore vivaces. 

La seule petite chose qui m'a le moins convaincue, c'est l'objet que lui laisse sa mère : Spring, ce robot, prototype conçu pour assister les adolescents en difficulté. J'ai trouvé que c'était un peu étrange et que ça sortait un peu du cadre de l'histoire. J'ai eu un peu plus de mal à y croire. 

Mais franchement, c'est pour dire... Parce que j'ai vraiment aimé tout le reste. Comme par exemple la façon dont l'autrice laisse planer le mystère sur la mort de la mère de Prune. Entretenu par son père, ce secret sur les circonstances de l'accident est là, pesant tout au long du récit. L'explication viendra, simple, libérant notre héroïne. Et nous aussi. 

Isabelle Lagarrigue nous livre un récit touchant, triste mais malgré tout positif. Un vrai récit de vie.

L'autrice a du talent et je pense que ce premier roman laisse présager le meilleur pour la suite...

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les récits de vie.

Pour ceux et celles qui aiment faire des listes.

Pour ceux et celles qui n'aiment pas leur couleur de cheveux ou leur prénom.

Pour ceux qui rêvent d'avoir un conseiller virtuel (oui, vous verrez).

Pour tous et toutes à partir de 13 ans.

 

Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
189
Prix
13.90 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Rackette-moi si tu peux
Une déclinaison pour les primaires de la collection Les Graphiques chez Gulf stream.
#rackettemoisitupeux, #lesgraphiques, #sophieadriansen, #clerpee, #gulfstream
Et dans nos coeurs, un incendie Et dans nos coeurs, un incendie

"- Toi, t'es pas anormal, t'es différent. T'as une sorte de particularité unique, un signe distinctif. Comme moi. Et c'est pas une raison pour se foutre en l'air. C'est même plutôt quelque chose…
#etdansnoscoeursunincendie, #elodiechan, #exprim, #sarbacane

L'imagier toc-toc
"Il est complètement toqué du toc-toc, cet imagier !"
#l'imagiertoctoc, #edouardmanceau, #milan, #humour, #rire
Petite Bébé est fachée
Vous ne connaissez pas encore Petite Bébé ? Malgré sa mauvaise humeur, vous allez l'aimer, vous verrez.
#petitebebeestfachee, #stephaniedemassepottier, #luciecalfapietra, #sarbacane
Sirius
En ouvrant un roman de Stéphane Servant, on sait que l’on s’aventure sur un chemin sombre, tortueux et que la forêt de pages que l’on va traverser sera dense. On sait que les rencontres que l’on fera…
#postapocalyptique, #survie, #animaux, #aventure, #nature
D.O.G D.O.G

"Cétait quoi ça?

Comme du métal qui aurait râclé le mur ?

Et des pas?

- Il y a quelqu'un?

Pas de réponse.

- C'est pas drôle ! Répondez-m...


#dog, #nathaliebernard, #fredericportalet, #thierrymagnier

Camille contre les cauchemars
"Tu sais... Les adultes pensent que tu n'existes que dans ma tête."
#camillecontrelescauchemars, #emilytetri, #casterman
Juniper Lemon ou la stratégie du bonheur
"En ce premier jour de rentrée, Juniper Lemon serre tout contre son cœur, le sac de sa sœur Camie, disparue durant l’été. Pleine de colère et d’amour, Juniper note chaque jour au moins une chose qui…
#juniperlemonoulastrategiedubonheur, #julieisrael, #catserman, #letsread
La fille sur le toit
"Deux mots, deux sifflements, deux crachats. (...) Bien articulés, bien pesés. Totalement déplacés dans sa bouche, totalement incongrus. (...) Mais ils jaillissent comme des poignards."
#lafillesurletoit, #anneloyer, #echos, #gulfstream
Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous
Après avoir lu et adoré Signe particulier : Transparente de Nathalie Stragier, je n’avais qu’une hâte, me plonger dans sa trilogie La fille du futur.
#lafilledufutur, #nathaliestragier, #syros