Les Vanderbeeker Tome 1 On reste ici !

Soumis par HashtagCeline le mar 09/10/2018 - 21:24
Une chronique familiale pleine de bons sentiments !
#RésumonsUnPeu

Les jumelles Jessie et Isa, douze ans, Oliver, neuf ans, Jacinthe, six ans, Laney,  quatre et trois quarts, et leurs parents sans oublier Franz (le chien), George Washington (le chat) et Paganini (le lapin) forment une tribu vivante, joyeuse et unie : les Vanderbeeker.

La famille vit au rez-de-chaussée d’une maison de la 141e Rue, dans Harlem, depuis de nombreuses années. Leur maison, ils l’aiment énormément et ils y sont très attachés. Ils ont des voisins charmants comme M. Jeet et Mlle Josie. Ils se plaisent dans leur quartier et ils y ont beaucoup d’amis.

Seule ombre au tableau : le vieux Monsieur Beiderman qui est le seul à ne pas les porter dans son cœur. Malheureusement, il est aussi le propriétaire de la maison. Et justement, M.Beiderman a décidé de mettre toute la famille à la porte. Le bail arrive à expiration et il ne veut pas le renouveler. C’est le drame !

Il ne reste qu’une semaine au Vanderbeeker pour faire leurs cartons et quitter les lieux.

Mais, prenons les choses de façon positive, il leur reste aussi une semaine pour tenter de faire changer d’avis leur vieux propriétaire ronchon. Les enfants prennent les choses en main. Et cela de façon plus ou moins efficace…

Attention, l’opération Beiderman est lancée !

 

 

#WeAreFamily

 

J’ai trouvé ce roman vraiment sympathique. Quand je dis en introduction qu’il est plein de bons sentiments, c’est dans le bon sens du terme ! Parce que j’avoue que les bons sentiments, parfois, ça fait du bien.
La famille Vanderbeeker est vraiment touchante et attachante. Si les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres sont très différentes, on sent que les liens qui les unissent sont très forts.

On y découvre aussi leurs petites habitudes et on partage avec eux les petits riens qui font leur quotidien. Une vie de famille !

Sous leur toit, j'ai passé une très agréable semaine, le temps de ma lecture, même si, comme eux, je n’avais pas envie de quitter cet appartement rempli de souvenirs. Une fois le livre refermé, j’étais un peu triste qu'ils ne me tiennent plus compagnie.

Au-delà des murs de l’appartement, il y a aussi la vie de l’immeuble et celle du quartier. Les Vanderbeeker sont très appréciés et ils apportent beaucoup de choses aux autres. C’est assez émouvant de voir tous ces gens vraiment concernés par le sort de la famille. 
 
Mais attention, ce n’est pas non plus "tout beau tout rose" ! Et ça, Le vieux M. Beiderman y veille tout particulièrement. La méchanceté a cependant toujours une explication… On va découvrir qu’il cache un terrible secret qui l'a rendu tel qu'il est et qui surtout, l'a rendu très triste.
 
Et puis, entre les enfants, il y a aussi quelques tensions. En famille, c’est bien normal qu’il y ait des différends et des petites disputes. Qui a des frères et soeurs sait bien de quoi il retourne.
Mais la situation étant ce qu’elle est, il va surtout falloir que l’entraide prédomine. Et de gaffes en plans plus ou moins bancals, on se réjouit à chaque nouveau stratagème élaboré par les enfants pour convaincre M.Beiderman de changer d'avis. Leur imagination semble sans limite. Chacun avec sa personnalité, son âge et ses talents va tenter de faire plier le vieil homme. C’est vraiment drôle ! Et parfois un peu triste quand ils échouent et qu'on aurait voulu qu'ils arrivent enfin à émouvoir leur propriétaire.
Je ne vous dis pas si oui ou non ils parviendront à leurs fins.
 
En tout cas, je suis vraiment séduite par l’ambiance et conquise par l’esprit très positif de ce roman qui est le début d’une série. C'est une excellente nouvelle et j’aurai plaisir à retrouver les personnages dans un deuxième tome.

 

 

#PourQui?

Pour les enfants qui aiment les histoires de famille.

Pour les enfants qui ont de l’imagination.

Pour les enfants qui aiment rire.

Pour tous les enfants à partir de 11 ans.
 

 

Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
300
Prix
12.90 €
Note
8
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Très vite ou jamais
“Ce que j’ai sur le coeur, c’est simple, je ne peux en parler à personne. Alors il faut que je l’écrive. Il faut que j’évacue ce trop-plein de désespoir et de colère qui m’étouffe. Une colère de…
#tresviteoujamais, #ritafalk, #mlesromans, #magnardjeunesse
Pëppo
Un coup de coeur pour ce roman qui allie humour, émotion et système D !
#peppo, #severinevidal, #bayardjeunesse
Ensemble à minuit
Est-ce la fin d'année? L'hiver? Le froid? L'envie de me pelotonner sous un plaid ? Toujours est-il que malgré quelques a priori sur ce titre que j'imaginais bien plus léger, je me suis trouvée prise…
#ensembleaminuit, #jennifercastle, #casterman, #letsread
Silhouette
À la croisée des littératures jeunesse et adulte, voici un recueil de nouvelles qui, c’est certain, ne laissera personne indifférent. Jean-Claude Mourlevat propose des histoires qui nous renvoient à…
#humournoir, #viequotidienne, #nouvelles, #pagedeslibraires
Le génie de la lampe de poche
Un excellent Pépix servi par une excellente auteure : Emilie Chazerand (La fourmi rouge chez Sarbacane)
#humour, #vacances, #magie
La Grande Parade des animaux
Approchez, approchez ! Venez assister à La Grande Parade des animaux !
#lagrandeparadedesanimaux, #danielegneus, #littleurban
Il était deux fois dans l'Ouest
Une grande aventure et une histoire d'amour façon Pépix.
#iletaitdeuxfoisdanslouest, #severinevidal, #sarbacane, #pepix
Chaque chose en son temps
Ouvrir ce nouveau roman de Lorris Murail, c’est faire un grand voyage dans le passé pour revenir sur l'une des périodes les plus noires du XXe siècle. Aux côtés de Reine, l’héroïne courageuse de…
#chaquechoseensontemps, #lorrismurail, #echos, #gulfstream, #sciencefiction, #histoire
Les enfants des Feuillantines Les enfants des Feuillantines

“- Combien d’enfants avez-vous à votre charge?

Désirée plissa les yeux. Elle détestait cette question. La réponse suscitait toujours des exclamations d’horreur et…
#lesenfantsdesfeuillantines, #celiagarino, #sarbacane, #exprim

La seizième clé
"Seize, seize, seize... Du jour où il s'était mis à compter, Oswald avait su que le seize serait pour lui un nombre à part. Un talisman? Une malédiction? Après toutes ces années, il hésitait encore."
#laseiziemecle, #ericsenabre, #didierjeunesse