Nos bombes sont douces

Soumis par HashtagCeline le mer 26/02/2020 - 15:39
"Qu'est-ce qui me motive dans la vie? Le foot et les filles. D'un cliché... Mon coeur n'a jamais battu plus fort pour autre chose, mais rien ne me paraît plus ridicule, maintenant que j'y réfléchis."
#FrédéricVinclère

 

Avec Nos bombes sont douces, je découvre coup sur coup un auteur, Frédéric Vinclère, et un éditeur, Le Calicot.

Pour être tout à fait honnête, sans le projet de Mes premières 68, je ne suis pas sûre que je me serais penchée sur ce roman. Mais comme la vie est bien faite (parfois), j'ai eu ce texte entre les mains et j'en suis rétrospectivement plutôt satisfaite.

Nos bombes sont douces parle d'engagement, d'amour et d'écologie mais aussi de foot et surtout de rêves brisés et de ceux à reconstruire.

Un mélange détonant mais efficace.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Le foot a toujours fait rêver Joris, au point d'arrêter le lycée. Margaux lui fait perdre la tête, alors qu'elle le méprise. Ses parents sont fleuristes mais leur entreprise est menacée. Son oncle, jardinier rebelle, mène une bataille pour que les plantes remplacent le bitume. Autour d'eux, la ville se meurt et la mairie ne mise que sur une nouvelle zone commerciale. Autant de bombes qui germent, prêtes à exploser."
 

 

#S'Engager

 

Nos bombes sont douces, alors même que je m'y lançais un peu sceptique, m'a vraiment tout de suite captivée.

Je me suis prise d'affection pour Joris, jeune homme au rêve avorté qui n'ose pas avouer à sa famille que le ballon après lequel il courait depuis des années vient définitivement de lui échapper.

Tout de suite aussi, j'ai trouvé passionnant le combat mené par son oncle. Je me suis prise au jeu (sérieux) de leurs actions et de leur projet.

Frédéric Vinclère réussit dans ce texte à mêler habilement le combat personnel de Joris à ceux plus larges et publics que mène son oncle.

La question de l'engagement est partout dans ce livre : engagement dans la vie, auprès des autres, pour une cause ou pour l'avenir.

Joris, dépossédé de ce qui le définissait, le foot, va devoir réfléchir à un autre sens à donner à son existence. Il va faire le point sur ce qu'il est et ce qu'il va ou veut devenir. Cet échec dans le foot n'est-il pas au final une chance de s'ouvrir au monde, aux autres et de savoir ce qu'il veut vraiment, en dehors de toute pression paternelle?

Se greffe à ce parcours d'adolescent, une autre intrigue, plus sociale et économique autour de la création d'une zone commerciale. Le projet créateur d'emplois à court terme aura des conséquences dramatiques sur la durée. Entre ceux qui le soutiennent et ceux qui le contestent, les habitants du village sont partagés. Et le groupe des Poucets, celui de l'oncle de Joris, met en place un plan d'action pour faire entendre leurs arguments contre ce projet.

Frédéric Vinclère nous place au coeur des discussions, des réflexions du groupe. C'est passionnant.
Joris va lui aussi être galvanisé par l'énergie déployée par les membres du collectif.

Mais il a aussi un autre sujet de préoccupation : Margaux. Joris est troublée par la jeune fille qui ne s'intéresse pas le moins du monde à lui. Pourtant l'indifférence de l'adolescente va se transformer en agressivité. Joris n'y comprend rien.
Au final, Joris est perdu à tous les niveaux et il va devoir trouver des personnes, des idées et des combats auxquels se raccrocher.

Frédéric Vinclère dresse un beau portrait d'adolescent confronté à des problématiques de son âge mais aussi à celles du monde actuel. D'une écriture fluide et efficace, l'auteur nous plonge au coeur de combats différents mais tous aussi exaltants.
Nos bombes sont douces est une très belle surprise.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui veulent s'engager.
Pour ceux et celles qui aiment les romans qui parlent de thématiques d'actualité.
Pour ceux et celles qui se posent des questions sur leur avenir.

Pour tous et toutes à partir de 13-14 ans.

 

#MesPremieres68

 

Ce texte fait partie de la sélection 13 ans et plus de Mes premières 68.

 

Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
188
Prix
10.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Roland Léléfan se déguise Roland Léléfan se déguise

"Roland n'est pas un éléphant comme les autres...
Question déguisement, nul ne peut l'égaler !"


#rolandlelefansedeguise, #rolandlelefan, #louisemezel, #lajoiedelire
Les larmes
"Parfois, quand on a des bleus au coeur, ça déborde par les yeux, et on pleure."
#leslarmes, #sibylledelacroix, #bayardjeunesse
Les collisions
Après Marquise, voici Les collisions, le nouveau roman de Joanne Richoux. Une réussite !
#lescollisions, #joannerichoux, #sarbacane, #exprim, #lesliaisonsdangereuses
La fille sur le toit
"Deux mots, deux sifflements, deux crachats. (...) Bien articulés, bien pesés. Totalement déplacés dans sa bouche, totalement incongrus. (...) Mais ils jaillissent comme des poignards."
#lafillesurletoit, #anneloyer, #echos, #gulfstream
Sirius
En ouvrant un roman de Stéphane Servant, on sait que l’on s’aventure sur un chemin sombre, tortueux et que la forêt de pages que l’on va traverser sera dense. On sait que les rencontres que l’on fera…
#postapocalyptique, #survie, #animaux, #aventure, #nature
Adèle Tariel Entretien avec... Adèle Tariel

En commençant La Meute d'Adèle Tariel paru dans la collection Presto de chez Magnard, je ne pensais pas être autant touchée. Des romans sur le harcèlement, j'en ai lu quelques-uns déjà et…
#adeletariel, #lameute, #magnardjeunesse, #presto

Silence !
"Monsieur Martin aimait la tranquillité. Boire son café dans le calme... Lire son journal sans bruit... Faire une petite sieste en paix. Oui, monsieur Martin était un homme qui aimait avant tout le…
#silence, #celineclaire, #magalilehuche, #saltimbanqueeditions
J'aimerais
"Aux rêves qui permettent de changer le monde !"
#jaimerais, #stephaniedemassepottier, #gerarddubois, #letageredubas, #album
Le bizarre incident du chien pendant la nuit Le bizarre incident du chien pendant la nuit

"Il était 0 h 7. Le chien était allongé dans l'herbe au milieu de la pelouse, devant chez Mme Shears. Il avait les yeux fermés. On aurait dit qu'il courait couché sur le flanc, comme font les…
#lebizarreincidentduchienpendantlanuit, #markhaddon, #pocket

Nos éclats de miroir
"Grandir est un drôle de truc. Le regard bien droit se pose sur une ligne démarquée par soi seul. Ca peut être n'importe quoi : le bord d'un meuble, le sommet d'un muret, le coude d'un adulte,…
#noseclatsdemiroir, #florencehinckel, #nathan