Monsieur Nourse et la vie (mode d'emploi)

Soumis par HashtagCeline le mer 18/01/2023 - 08:40

"- JE DÉTESTE L’HIVER !

- Tu ne l’as jamais connu : tu hibernes tous les ans !

- ENCORE HEUREUX ! JE DÉTESTE L’HIVER…"

 

#LaVieDouce

Dans ce livre, à cheval entre l’album et la bande dessinée, on se questionne, on réfléchit et on sourit des échanges à la fois naïfs et très pertinents de Monsieur Nourse avec son amie l’abeille.

Ce livre très original m’a un peu fait penser aux très beaux albums de Sandrine Kao (édités chez Grasset Jeunesse également : Émerveillements, 2019 et Après les vagues, 2022) qui permettent de philosopher et d’interroger le monde.

Un vrai petit plaisir de lecture à partager en famille.

 

Intérieur

#LeBonheur

Monsieur Nourse et l’abeille discutent de tout mais aussi de rien. Ensemble, ils abordent des sujets très concrets comme la photo de classe, le journal intime, les chocolats (c’est une préoccupation très importante, le chocolat), le livre, les clefs ou des notions plus abstraites comme le vide, le temps perdu, la folie des grandeurs ou l’indécision.

S’enchaînent ainsi des petits strips de trois cases dans lesquelles apparaissent les deux amis. Pour la plupart, ils suivent le même schéma graphique : dans une case au fond beige clair au léger effet kraft, Monsieur Nourse à gauche et l’abeille volant à droite  discutent. Un élément apparaît parfois, prenant toute la place dans la case : un gros gâteau pour la gourmandise, un fantôme quand le sujet est abordé ou encore un cœur brisé quand il est question du journal intime…

Au premier coup d'œil, les strips semblent identiques ou presque. Et puis, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que Monsieur Nourse change de chemise et de cravate !

Il y a aussi 4 grandes cases qui viennent rompre le rythme emplissant une page entière. Sur fond bleu, elle se joue cette fois-ci en une question et une réponse. Ça fonctionne tout aussi bien.

Le graphisme est simple mais terriblement efficace. J’adore la tête de Monsieur Nourse qui, avec son visage rond et expressif, nous amène sur le chemin du raisonnement et du bon sens. N’oublions pas l’abeille qui, quoique petite en taille, offre de bonnes réparties permettant à son ami de réagir, de comprendre, d’examiner, de dire sa façon de voir les choses.
 
Les pages défilent, les thèmes variés, simples et accessibles sont amenés avec malice, esprit et philosophie bien évidemment. On s’amuse vraiment des dialogues des deux personnages qui, bien que très différents, semblent aussi se compléter et se connaître parfaitement.

De plus, la plupart des strips fonctionnent ensemble et permettent d’avancer dans la réflexion avec une chute comme dans Le vol, Les ailes et Le vertige (les strips sont tous titrés) qui abordent le fait de voler. En effet, c’est un peu compliqué ( et fatigant) pour Monsieur Nourse qui n’a pas d’ailes et qui, de toute façon, a le vertige. Il y aussi une série sur la notion du temps : Le temps perdu, Le temps qui passe, Le temps qui manque. En plus d’être philosophique, c’est très poétique.

Ce livre insolite et étonnant permet de mettre des mots sur des concepts et des idées dont finalement on ne parle pas si souvent. Et de fait, il peut se lire avec les petits mais aussi les plus grands. La discussion est ouverte, la réflexion est stimulée mais sans mal de crâne à la clé.

Un vrai moment de récréation mais aussi d’enseignement.

 

Intérieur

#PourQui?

Pour les enfants qui s'interrogent sur tout et rien.

Pour les enfants qui aiment la bande dessinée.

Pour les enfants qui aiment rire et réfléchir.

Pour tous les enfants à partir de 6-7 ans.

Intérieur

#Citations

"- DE TEMPS EN TEMPS, J’AIME FAIRE DES TRUCS INUTILES.

ÇA ME FAIT PLAISIR.

- Donc, ils ne sont pas inutiles !"

 

"- CETTE FOIS, C'EST DÉCIDÉ, JE VAIS ENFIN VIVRE MA VIE §

- Ce n'est pas ce que tu fais depuis le début ?"

 

 

Intérieur
Coup de cœur !
Illustrateur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
32
Prix
18.90 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Mes idées folles
« Heureux celui qui trouve la folie de perdre la raison. »
#mesideesfolles, #axlcendres, #sarbacane, #exprim
Tracer
"Elle part demain à l'aube. Aube.Aubrac. On verra bien."
#tracer, #guillaumenail, #rouerguejeunesse, #doado
Rosalie Rosalie

“Les jours de mistral, les voiles se gonflent et claquent au vent. Maman tient bon la barre pour lutter contre le courant. C’est qu’elle est forte maman, c’est une vraie pirate, elle ne se…
#rosalie, #ninondufrenois, #julienmartiniere, #ginko, #voceverso

La danse de la méduse
"Sera, 14 ans, est la plus jolie fille de sa classe et a quantité d’amies et d’admirateurs. "Nik", 14 ans, est seul, isolé, souvent victime de moqueries et de farces douteuses, parce qu’il est…
#ladansedelameduse, #stefaniehofler, #hachetteromans, #NetGalleyFrance
L'amour, c'est n'importe quoi !
Est-ce qu'on pouvait être amoureux sans perdre la boule pour autant? Machinalement j'ai sorti le carnet que nous avait distribué Junon puis, sans trop savoir ce que je faisais, j'ai noté : "L'amour…
#lamourcestnimportequoi, #mathieupierloot, #ecoledesloisirs, #neuf
D'après mon adolescence D'après mon adolescence Journal intime

"Tu voudrais sauter cette case. Être déjà sur la ligne d'arrivée. Mais le top départ n'a pas encore été donné, tes jambes flageolent, tu crains de t'écrouler avant même de t'élancer.
Ne t'…
#dapresmonadolescence, #carolinesole, #albinmichel

Billy cherche un trésor
Les nouvelles aventures du plus grand cow-boy de tous les temps et de son acolyte de choc...
#billychercheuntrésor, #catharinavalckx, #pastel, #ecoledesloisirs, #billy, #jeanclaude
Abécédaire des métiers imaginaires
"-Gardien de flocons de neige- Observer, attraper, comparer, numéroter, classifier, congeler. Les gardiens travaillent par -5 degrés et rêvent d'une grande tasse de chocolat chaud."
#abecedairedesmetiersimaginaires, #annemontel, #littleurban
Sillage Sillage

“Quand on est inspiré, on n’a pas le temps d’être poli. L’impolitesse est le moteur de
la création. Sers-toi de ça pour Sillage, tu en feras un chef- d’œuvre.
Jade s’humecta les lèvres…
#sillage, #joannerichoux, #pkj, #pocketjeunesse

La route froide
"Les grosses chaussettes serraient ses jambes jusqu'au mollet comme deux tuyaux de fer, et les lacets des mocassins, noués et tordus de façon bizarre, étaient aussi durs que du barbelé. Il essaya de…
#laroutefroide, #thibaultvermot, #alexwinker, #sarbacane