Comment on fait les bébés?

Soumis par HashtagCeline le ven 26/04/2019 - 21:43
"Qui saura répondre à cette question?" Euh... Pas les parents de cette histoire apparemment.
#Grimace

 

Cette collection du catalogue des éditions Les 400 coups porte décidément bien son nom. 
Les albums qu'on y déniche aborde avec humour des sujets décalés ou un peu embarrassants, comme c'est le cas ici dans Comment on fait les bébés?
 

#DeQuoiÇaParle?

 

Un petit garçon est occupé à dessiner. Tout à coup, lui vient une question... La question que tous les parents redoutent :

"Comment on fait les bébés?" 

Alors, ça y est. C'est le moment... Il va falloir expliquer cette chose qui, bien que naturelle, est toujours un peu délicate à aborder avec les enfants, soyons honnêtes.

Les parents parlent des abeilles et des fleurs puis des choux et des cigognes... 
Mais bon, tout ça n'est pas très clair et n'explique rien. 

Au final, pourtant, c'était peut-être bien plus simple que cela en avait l'air. 

 

#Malentendu

 

Cet album est vraiment surprenant et il montre à quel point on se fait parfois des montagnes de petits riens.

C'est assez amusant d'aborder ainsi cette question à laquelle chaque parent est un jour confronté et que chaque enfant se pose à un moment donné.

Je vous le dis tout de suite, ce livre ne donne pas de réponse parfaite (il n'y en a pas de toute façon). 
On s'amuse vraiment (oui, c'est un peu facile...) de voir les parents qui cherchent une explication, puisant dans celles qui leur semblent convenables pour leur enfant. Mais on sent bien leur détresse (on la comprend). 
 

Comme le veut le principe de cette collection, beaucoup de choses passent par le dessin et il y a de nombreuses pages sans texte. Ces moments de silence sont importants et servent parfaitement le propos de l'album. On y voit les parents chuchoter et discuter (pas tellement) discrètement pour trouver quoi dire. 
Et à côté, il y a leur enfant, sage, innocent et tout curieux dans l'attente d'une réponse qui tarde à venir. 
Finalement, l'arrivée (providentielle) de la grande soeur va mettre un terme à leur malaise. Parce qu'au final, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

La chute est très bien trouvée mais je ne vous la dévoilerai pas. 

J'aime beaucoup les illustrations douces et pastels. Des touches de couleurs accompagnent le trait noir des dessins délicats de Maud Legrand. Les objets et les personnages sont partiellement colorés. Le dessin gagne aussi de l'espace en fonction des explications des parents. Ainsi, apparaissent dans le salon un chou, une cigogne ou un champ de fleurs. C'est très joli et plutôt poétique.

Le texte d'Isabelle Jameson tâtonne avec des débuts de phrases qui ne se finissent pas, des points de suspension qui marquent l'hésitation des parents à donner une réponse. 
Et même quand ils décident de se lancer, ils sont face à une nouvelle difficulté. Eh oui, s'il faut biologiquement un homme et une femme pour faire un bébé, il y a bien d'autres cas de figure dans la réalité...

Un petit conseil : préparez-vous, après sa lecture, à devoir fournir quelques explications au petit lecteur en face de vous. Si le sujet des bébés n'a pas été abordé, je pense qu'avec cette histoire, vous ne pourrez pas y couper...
 

Cet album est piquant, juste ce qu'il faut. Il nous emmène sur un chemin différent que celui qu'il semble prendre au départ. Et ça, c'est quelque chose de vraiment plaisant.

 

#PourQui?

 

Pour les enfants curieux.

Pour les enfants qui se posent des questions mais aussi pour ceux qui ne s'en posent pas.

Pour les enfants qui aiment l'humour.

Pour tous les enfants à partir de 5 ans.

 

Illustrateur
Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
32
Prix
10.50 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Roland Léléfan se déguise Roland Léléfan se déguise

"Roland n'est pas un éléphant comme les autres...
Question déguisement, nul ne peut l'égaler !"


#rolandlelefansedeguise, #rolandlelefan, #louisemezel, #lajoiedelire
Les larmes
"Parfois, quand on a des bleus au coeur, ça déborde par les yeux, et on pleure."
#leslarmes, #sibylledelacroix, #bayardjeunesse
Les collisions
Après Marquise, voici Les collisions, le nouveau roman de Joanne Richoux. Une réussite !
#lescollisions, #joannerichoux, #sarbacane, #exprim, #lesliaisonsdangereuses
La fille sur le toit
"Deux mots, deux sifflements, deux crachats. (...) Bien articulés, bien pesés. Totalement déplacés dans sa bouche, totalement incongrus. (...) Mais ils jaillissent comme des poignards."
#lafillesurletoit, #anneloyer, #echos, #gulfstream
Sirius
En ouvrant un roman de Stéphane Servant, on sait que l’on s’aventure sur un chemin sombre, tortueux et que la forêt de pages que l’on va traverser sera dense. On sait que les rencontres que l’on fera…
#postapocalyptique, #survie, #animaux, #aventure, #nature
Adèle Tariel Entretien avec... Adèle Tariel

En commençant La Meute d'Adèle Tariel paru dans la collection Presto de chez Magnard, je ne pensais pas être autant touchée. Des romans sur le harcèlement, j'en ai lu quelques-uns déjà et…
#adeletariel, #lameute, #magnardjeunesse, #presto

Silence !
"Monsieur Martin aimait la tranquillité. Boire son café dans le calme... Lire son journal sans bruit... Faire une petite sieste en paix. Oui, monsieur Martin était un homme qui aimait avant tout le…
#silence, #celineclaire, #magalilehuche, #saltimbanqueeditions
J'aimerais
"Aux rêves qui permettent de changer le monde !"
#jaimerais, #stephaniedemassepottier, #gerarddubois, #letageredubas, #album
Le bizarre incident du chien pendant la nuit Le bizarre incident du chien pendant la nuit

"Il était 0 h 7. Le chien était allongé dans l'herbe au milieu de la pelouse, devant chez Mme Shears. Il avait les yeux fermés. On aurait dit qu'il courait couché sur le flanc, comme font les…
#lebizarreincidentduchienpendantlanuit, #markhaddon, #pocket

Nos éclats de miroir
"Grandir est un drôle de truc. Le regard bien droit se pose sur une ligne démarquée par soi seul. Ca peut être n'importe quoi : le bord d'un meuble, le sommet d'un muret, le coude d'un adulte,…
#noseclatsdemiroir, #florencehinckel, #nathan