La voix du couteau Le chaos en marche Livre premier

Soumis par HashtagCeline le sam 05/05/2018 - 12:00
Cela fait une éternité (ou presque) que le premier tome de cette trilogie patiente dans ma bibliothèque...
#Enfin

 

Ca y est. Je l’ai fait. J’ai enfin commencé Le chaos en marche de Patrick Ness. Souvenez-vous (si, si, mais si!), j’en parlais dans mon post sur Libération
Il m’aura fallu du temps mais c’est chose faite. Pas complètement car deux autres volumes (volumineux) m’attendent encore. Mais le pas est franchi, la marche est lancée.
 

#RésumonsUnPeu(MaisJeSensQueJeNeVaisPasEtreClaire)

 

Dans le monde de Todd Hewitt, 12 ans bientôt 13 (ce détail est important), il n’y a pas de femmes.
Il n’y a plus que des hommes qui vivent dans le Bruit.

Le Bruit est un virus qui a contaminé toute la population et tué les femmes quand tous sont arrivés à Nouveau Monde. 

Le Bruit, c’est la pensée. Tous entendent ce que tous pensent. Cela crée un brouhaha permanent et aussi un certain manque d’intimité (forcément). 

Mais à Prentissville et ailleurs peut-être (qui sait) tout le monde a appris à vivre avec (pas trop le choix). C'est comme pour l’absence des femmes... même si elles continuent à être bien présentes dans le bruit des hommes.
Todd Hewitt vit avec Ben et Cillian qui l’ont recueilli quand la mère du garçon est morte, son père étant mort bien avant.

Il a un chien, Manchee, dont il entend aussi les pensées. (oui, ils entendent aussi les pensées des animaux et autres créatures vivantes ce qui rajoute encore une couche sonore)

Le matin où commence l'histoire, Todd a été envoyé par Ben cueillir des pommes. Avec Manchee, le jeune garçon est parti près du marais. En chemin, il croise Aaron, l’homme d’église du village qui malmène Todd, comme à chaque fois. Cet homme lui fait peur. 
Plus loin, il découvre un lieu construit par les Spacks (oui il y a aussi les Spacks mais je ne vais pas m’étendre = trop long à expliquer = embrouille pour tout le monde)
Et à cet endroit, il va entendre : rien. Un silence qui n’existe nulle part.

De retour au village, Todd est tout chamboulé par ce qui lui est arrivé et son Bruit parle pour lui.

Cet incident va en précipiter un tas d’autres. Quand Todd rentre à la ferme, Ben et Cillian, qui ont entendu le Bruit de ses pensées, lui annoncent qu’il va devoir partir : seul, avec dans son sac le journal de sa mère et un couteau pour se défendre.

Le Maire Prentiss et d’autres hommes vont venir et Todd doit s’enfuir. Il ne comprend pas tout (nous non plus) mais il s’en va.
Sa fuite et la suite vont être pleines de surprises...
 

#PremiersPas

 

Si vous cherchez une lecture détente, dans laquelle on rentre tout de suite et avec facilité, je vous déconseille de commencer La voix du couteau
En effet, comme la plupart des Patrick Ness, il faut un temps d’adaptation.

Je le savais parce qu’on m’avait prévenu (“accroche-toi, passe quelques 50 pages”) et aussi parce que les autres romans de l’auteur sont aussi un peu déstabilisants au départ. 

Ici, il faut un certain temps pour que la machine se mette en route. 

De plus, le vocabulaire et la façon de parler de Todd n’aide pas à fluidifier l’ensemble. Mais, mais, mais cela fait partie intégrante du personnage et de l’univers créé par Patrick Ness.

On a donc cet étrange héros, dans cette étrange communauté, dans cet étrange Nouveau monde ravagé et modifié par cet étrange virus lancé par ces étranges Spackles. 

Encore une fois, j’ai bien failli m’y perdre (comme dans ses précédents)...
Honnêtement, j’ai peiné au départ. Vraiment. 
(je ne devrais pas dire ça car ça ne donne pas envie mais bon on ne va pas se voiler la face)

Et puis, petit à petit, on se fait au langage, on s’attache au héros et on prend activement part à son aventure.

On découvre peu à peu un monde plus grand que Todd ne pouvait l’imaginer, peuplé différemment de ce qu’on lui avait rapporté ou enseigné. On découvre aussi que Todd a entendu beaucoup de mensonges et que Prentissville est un endroit terrible au passé sombre.

Je n’ai clairement pas envie d’en dire trop sur l’intrigue.
Je n’en savais pas grand chose (un peu, peut-être déjà trop) et c’est ce qu’il faut pour apprécier cette lecture et avoir envie de pousser plus loin.

Ce premier volume met en place l’histoire et nous décrit le monde dans lequel tous les héros se battent.

On suit Todd, ce jeune garçon mais aussi un second personnage clé qui l’accompagne tout au long de sa fuite. On ne sait pas qui de l’un ou de l’autre est au centre de l’attention des poursuivants mais les deux sont en danger.

L’écriture est bien particulière. Beaucoup de mots sont modifiés mais on en comprend quand même le sens. Todd parle comme ça. 

C’est vraiment très étonnant. Lisez quelques pages et vous verrez.

Est-ce que je peux à ce stade dire que cette trilogie est une lecture qui va me marquer à jamais? 
Je ne sais pas. Il est trop tôt pour le dire après ce premier volume.

Est-ce que je veux lire la suite?
Oui. Je vais vite me procurer les tomes 2 (Le cercle et la flèche) et 3 (La guerre du bruit)

Le tome 1 se termine, waouh ! Il faut que je sache.

#PourConclureEtPourQui?

 

Vous aimez les dystopies?
Vous cherchez un univers riche et original?

Vous n’avez pas peur de vous frotter à une écriture et un style particuliers?
Vous aimez Patrick Ness?
Vous aimez les héros malmenés?
Vous cherchez une lecture exigeante qui bouscule?

Le chaos en marche est fait pour vous. 

Sinon, passez votre chemin. Vous risquez de vous ennuyer.
 

Auteur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
448
Prix
15.25 €
Note
7
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Dans la gueule du loup
Un nouveau Michael Morpurgo illustré par Barroux. Une pépite !
#danslagueuleduloup, #michaelmorpurgo, #barroux, #onlitplusfort, #gallimardjeunesse
L'Estrange Malaventure de Mirella
"Soyez sages et pieux, et jamais vous ne poserez les pieds sur les pavés brûlants qui mènent aux portes du Diable. L'enfer est réservé aux meurtriers, aux voleurs, aux assassins et aux femmes…
#lestrangemalaventuredemirella, #florevesco, #mediumplus, #ecoledesloisirs
Le plongeon Le plongeon

"J'ai horreur de ce genre de couvre-lit. Tissu rêche, couleur moche, poussière, cendre. Couleur mort, on dirait qu'ils le font exprès.

Je déteste ce papier peint, cette peinture écaillée,…
#leplongeon, #severinevidal, #victorlpinel, #grandangle, #babelio

Désorientée
"Sourire, plonger ses pupilles dans les yeux étrécis de sa mère. Elle connaît les règles depuis sa petite enfance : elle les a intégrées, digérées. Louise la gentille petite fille, l'adolescente…
#desorientee, #marinecarteron, #icimaintenant, #casterman, #letsread, #vincentvilleminot
La route froide
"Les grosses chaussettes serraient ses jambes jusqu'au mollet comme deux tuyaux de fer, et les lacets des mocassins, noués et tordus de façon bizarre, étaient aussi durs que du barbelé. Il essaya de…
#laroutefroide, #thibaultvermot, #alexwinker, #sarbacane
Ce que diraient nos pères
"-Dis, tu me dirais si ça n'allait pas? demande soudain la jeune fille. Il sourit mécaniquement. Tout se fissure en lui. Il n'a qu'une envie : se lover contre elle. Il oublierait tout. - Pourquoi ça…
#cequediraientnosperes, #pascalruter, #didierjeunesse
Miss Pook et les enfants de la lune Episode 1
Comme il est bon de rire parfois... Merci Monsieur Santini !
#sorcière, #lune, #enfantsperdus, #fantastique, #humour
Lino (et les autres) Lino (et les autres)

“En rentrant à la maison, j’avais besoin de réfléchir alors je me suis enfermé dans les toilettes et j’ai éteint la lumière. J’aimais rester dans le noir, assis sur la cuvette, à respirer…
#linoetlesautres, #mathieupierloot, #baptisteamsallem, #ecoledesloisirs, #neuf!

En plein vol
"Au mauvais endroit au mauvais moment"? Ca me semble un bon résumé de sa vie. Jules est comme ces oiseaux qui s'assomment contre des fenêtres qu'ils ont pris pour des morceaux de ciel. Fauchés. En…
#enpleinvol, #manonfargetton, #jeanchristophetixier, #rageot, #babelio
Quintland
"Elles n'avaient pas le choix, elles ne l'avaient jamais eu."
#quintland, #freddupouy, #syros