Ash & Rose

Soumis par HashtagCeline le sam 20/04/2024 - 11:24

"La nuit est notre royaume"

#NathalieBernard

Nathalie Bernard sort un nouveau roman. Et comme à chaque fois, pour moi (et pour bien d’autres), c’est un événement. Et je sais que quoi qu’il arrive, qu’elle propose un polar bien ficelé, une dystopie passionnante ou un roman écologique inspirant, je vais y adhérer.
J’aime sa façon d’écrire, j’aime les sujets qu’elle aborde, j’aime les intrigues toujours accrocheuses qu’elle arrive à imaginer.
Alors, voilà que paraît Ash & Rose. Et vous savez quoi ? Elle ose encore s’aventurer sur un autre genre : la romance fantastique.
Et vous savez quoi encore ?
J’ai adoré !
Mais je suis sûre que vous vous en doutiez…

 

#DeQuoiÇaParle?

C’est l’été. Rose s’ennuie dans sa maison rue des Météores. Sa meilleure amie est en Bretagne et ce ne sont pas ses parents qui vont lui changer les idées.
Alors Rose tente de se remettre sur ce roman qu’elle peine à écrire.
Le temps s'étire... L'ennui s'installe. Jusqu’à ce soir où, à la fenêtre de la maison d’à-côté -normalement inhabitée- elle aperçoit la silhouette fantomatique d’un jeune homme qui a l’air venu d'une autre époque.
Rose n’a plus qu’une idée en tête, découvrir qui il est. Et pourquoi pas, le rencontrer ?

 

#AmourFantôme

Comme à chaque fois avec l’autrice, ce roman n’a pas fait long feu. Une fois ouvert, les pages ont défilé et j’ai eu un certain mal à ne pas le lire d’une traite. (Alors je l’ai lu d’une traite ;-)
J’ai vraiment aimé découvrir Nathalie Bernard sur une telle histoire et elle m’a encore une fois bluffée. (Oui, je suis naïve avec mes auteurs et autrices préféré.es… Je me fais tout le temps avoir !)
Ce texte prend le temps, celui de cet été qui s’allonge et de cette romance très étrange qui s’installe (je ne vous spoile rien, il y a une romance, je vous l’ai dit au départ…) Le temps défile doucement, dans des chapitres qui décomptent les jours et des parties, les saisons.

J’ai aimé évoluer dans cette ambiance chargée de tension, de lourdeur, de mystère… Avec Rose, j’ai plongé la tête la première dans cette histoire sans vraiment, au départ, me poser de questions. Évidemment, au fur et à mesure, il m’en est venu plein. Où poser la frontière entre le réel et l’imaginaire ? Entre la folie et la raison ? Entre l’amour et l’aveuglement ?
En tout cas, s’installe ici une relation hors norme qui fait à la fois rêver mais s’avère également inquiétante. J’ai été un peu entre deux tout du long. Et c’était le but j’imagine de l’autrice. Cela m’a tenueen haleine. Cela m’a ensorcelée.
En parallèle, il y a aussi ces secrets qui plongent les parents de Rose (et elle-même par ricochets) dans un état de torpeur, de malaise planant sur sa propre demeure. Rose fuit son foyer et la tristesse qui l’entoure… Mais c'est bien connu, il est souvent difficile d’échapper à son histoire, son passé.

Il y a donc un savant mélange de sentiments et d’émotions qui infuse dans ce livre. Enivrant. Dérangeant un peu mais juste ce qu’il faut pour que l’esprit s’évade et s’échauffe.

Mais pas que. Il y a aussi tout un pan autour de l’art (la peinture d’Edvard Munch) et de l’écriture. Les deux sont liés. L’écriture anime profondément Rose et l’art l’inspire. J’ai beaucoup aimé tout ce qui touchait à ces deux domaines. Cela m’a donné envie de faire quelques recherches. J’aime bien quand une lecture m’en donne l’occasion.

Comme vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment en compagnie d’Ash et Rose. Suspense, découverte, amour, secrets enfouis, processus d’écriture, balade artistique… Cette lecture a été riche à bien des égards et ne se limite pas à une simple romance. Rien n’est jamais aussi simple avec Nathalie Bernard. Et j’aime ça.

Mais stop, je ne vous en dis pas plus. À vous de découvrir la belle et intriguante histoire d’Ash & Rose.

Edvard Munch / Ash

#PourQui?

Pour ceux et celles qui cherchent une histoire d'amour intemporelle.

Pour ceux et celles qui aiment l'art, l'écriture ou les deux.

Pour ceux et celles qui aiment les ambiances chargées de mystère.

Pour tous et toutes à partir de 14 ans.

Coup de cœur !
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
300
Prix
16.20 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Un thé à l'eau de parapluie Un thé à l'eau de parapluie

"Elmo observe la pluie ruisseler sur les fenêtres de son terrier.

"L'automne est bien là", songe-t-il le coeur serré."


#unthealeaudeparapluie, #karenhottois, #chloemalard, #seuiljeunesse
Pas moi Pas moi


#pasmoi, #elisegravel, #nathan, #album

Attends qu'Helen vienne
Un roman angoissant à souhait sur fond de conflit familial...
#attendsquhelenvienne, #marydowninghahn, #thierrymagnier, #famille, #fantome, #peur
Qui ment?
Depuis sa sortie, ce titre me tentait. Ca y est, je l'ai lu et je sais enfin qui ment...
#quiment, #karenmmcmanus, #nathan, #lireenlive
La révolte des animaux moches
"La mocheté est une question de perspective : tout dépend comment on regarde."
#larevoltedesanimauxmoches, #lerouergue, #collinepierre, #annelisecombeaud, #dacodac
La loi du plus fort
"Les histoires policières parlent toujours de pièces de puzzle qui finissent par se mettre en place. Elle est nulle en puzzle. Sans compter que là, il doit y avoir plusieurs puzzles mélangés.…
#laloiduplusfort, #lucblanvillain, #casterman, #letsread, #icimaintenant, #vincentvilleminot
Boubou en était sûr Boubou en était sûr

"- J'en étais sûr ! s'écrie Boubou le coeur battant, interrompant l'écriture de sa lettre à Nadia et bousculant Fromage qui roule sur le parquet.

Boubou le replace sur ses pattes et se…
#boubouenetaitsur, #karenhottois, #emilieseron, #lapartie

Alice
"Après l'inquiétude, puis l'exaspération, c'est le doute qui s'installe en moi. Comment Arnaud peut-il me faire ça? Cela ne lui ressemble pas. Il y a forcément une explication. Et je suis bien…
#alice, #davidmoitet, #editionsdurocher
L'échappée
Après Les chiens, Allan Stratton explore une autre sorte de peur : celle de l'autre.
#lechappee, #allanstratton, #milan, #pagetuners, #amour, #manipulation
Phalaina -Phalaina-

“Cette gamine, il faut bien le dire, avait tout du Malin.
Ses yeux rouges, déjà, étaient une étrangeté qui avait plusieurs fois fait frissonner Monsieur l’abbé… Le fait qu’elle ne parle pas…
#phalaina, #rouerguejeunesse, #alicebrierehaquet