Juste avant que

Soumis par HashtagCeline le mer 14/02/2024 - 13:33

“Mon avis ? La plupart des adultes sont très cons d'un point de vue émotionnel. Dommage pour nous, il arrive qu'ils nous aient eus dans leur ventre. Ça leur laisse croire qu'on a une dette envers eux, qu'on va les réparer. Ils nous fabriquent, on les répare. Paye ta mission. Quel gamin aurait de telles épaules? Aucun. Mais il existe des familles où c'est ainsi, les parents souffrent donc les enfants ramassent leur part. D'ailleurs ils ne sont pas vraiment les enfants, plutôt des individus qu'on a greffés là, qui servent d'arbitres ou d'éponges."

#Joanne...

Vous avez sans doute entendu parler de la collection L'ardeur des éditions Thierry Magnier… Non ? L'éditeur propose depuis 5 ans déjà des titres qui permettent de parler de sexualité (mais pas que) de façon intelligente et décomplexée : LIRE, OSER, FANTASMER.
On en a aussi parlé l'été dernier quand un des titres de la collection a été interdit, provoquant un tollé et permettant au final d'en faire une certaine publicité. Comme souvent, interdire n'a servi à rien.
Vous avez sans doute entendu parler de Joanne Richoux, cette autrice talentueuse de déjà plus d'une dizaine de romans (que j'ai tous aimés et presque tous chroniqués)... Non ?
Bon, vous ne venez pas assez sur mon compte et je vous garantis que vous ratez quelque chose (pas pour mon compte mais pour Joanne Richoux).

Aujourd'hui, je vous parle de son dernier roman Juste avant que paru dans la collection L'ardeur (vous suivez ?) des éditions Thierry Magnier sous une couverture teintée de mauve.

Pour tout dire, ce livre, je l'ai beaucoup aimé. Alors je ne peux que vous le recommander.

Et si d'aventure, vous ne vouliez pas trop en savoir sur l'intrigue de roman, je vous invite à vous arrêter après le résumé ci-dessous. 

#DeQuoiÇaParle?

Une meuf et son meilleur pote dans une chambre.
Dedans, l'amitié vacille. Le désir monte.
Dehors, c'est l'effondrement. Celui d'une société qui arrive à bout de souffle.

Alors il faut oser, se dire les choses, se remémorer le bon et le moins bon pour enfin s'abandonner juste avant que…
 

#UneMeufUnGars

Quand j'ai appris que Joanne Richoux publiait un titre dans la collection L'ardeur, cela m'a semblé tomber sous le sens. Ses précédents romans (je vous mets la liste ci-dessous) sont tous chargés d'une sensualité indéniable alors en rejoignant la collection, il était certain que l'autrice et ce livre y trouveraient leur place.

Juste avant que est un récit court mais très fort dont l'action se situe dans un lieu indéterminé, un futur proche et qui met en scène deux adolescents dont on ne connaîtra pas les prénoms. 
On n'a pas besoin de savoir tout ça. Ce qui est important, c'est ce qui les a menés là, dans cette chambre et surtout ce qui va s'y passer là, maintenant..
C'est une meuf et son meilleur pote. Une fille mal dans sa peau et dans son époque qui aime un garçon sous médocs et qui n'ose pas se l'avouer. Une histoire à la fois banale et extraordinaire.

Dans le texte, Joanne Richoux intègre des informations diverses : bilans de séances de psy, ticket de caisse, article de journal, lettre non envoyée… Cela nous donne, mine de rien, des infos sur l'environnement familial des deux personnages mais aussi et surtout, sur le monde dans lequel vivent les deux protagonistes. De nos problèmes actuels, elle imagine ce que sera demain. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il apparaît bien sombre. L’autrice, à travers la voix de sa narratrice, nous dresse un tableau des problèmes et dérives d’aujourd’hui poussés à l’extrême (enfin pas tant que ça) et nous donne sa vision du monde.
De fait, dans ce temps très restreint (un peu plus de 100 pages pour quelques heures), elle fait grimper la tension dedans comme dehors. 
C'est cru et c'est tendre en même temps. Car si l'adolescent a couché avec la moitié des filles du lycée, il n'a pas la même relation avec sa meilleure pote. Entre eux, c'est autre chose. Pas évident pour ses deux âmes un peu brisées, l'un par une mère étouffante et l'autre par un frère dépendant de se mettre à nu, au propre comme au figuré. Tous deux se sont trouvés mais trimballent des casseroles, un peu moins bruyantes quand ils sont ensemble.

J'ai beaucoup aimé la façon dont Joanne Richoux mêle les enjeux actuels au désir enfoui et montant des deux "amis". C'est très judicieux et surtout très réaliste finalement. On sait que la peur et l'angoisse de la mort créent ce genre de comportements. Pulsion de mort et pulsion de vie.

La tension extérieure ambiante (qui se manifeste de plus en plus violemment) et celle de la chambre, les relations familiales, le contexte social et politique... Tout fait sens. Tout semble tendre vers une fin explosive. Qu'en sera-t-il ?

Vous l'aurez compris, dans un genre encore un peu différent de tout ce que j'ai lu d'elle jusqu'à présent, Joanne Richoux réussit encore et toujours à m'atteindre. Son style ne change pas, les sens sont toujours au coeur de son écriture si visuelle avec en fond, une noirceur qui ne cesse d'aller et venir. Et puis toujours, pour se mettre dans l'ambiance, une pure playlist qui va bien. C'est parfait.

Merci à elle. Et vivement son prochain.
 

#PourQui?

Pour ceux et celles qui veulent lire une histoire d'amour et de désir cachés.

Pour ceux et celles qui aiment les romans courts et intenses.

Pour ceux et celles qui s'interrogent sur notre monde actuel.

Pour ceux et celles qui veulent lire, oser et fantasmer.

Pour tous et toutes à partir de 15 ans.

#PlusDeJoanneRichoux...

Voilà les autres titres que vous pouvez lire de cette autrice que j'aime tant...

- Marquise  Sarbacane, 2017

- Les collisions  Sarbacane, 2018

- Toffee darling  Sarbacane, 2019

- Désaccordée  Gulf Stream, 2019

- PLS  Actes Sud, 2020

- T'as vrillé  Actes Sud, 2021

- Virgile & Bloom  Actes Sud, 2021

- Sillage  PKJ, 2023

 

 

Coup de cœur !
Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
144
Prix
13.90 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Rackette-moi si tu peux
Une déclinaison pour les primaires de la collection Les Graphiques chez Gulf stream.
#rackettemoisitupeux, #lesgraphiques, #sophieadriansen, #clerpee, #gulfstream
Roland Léléfan à la plage Roland Léléfan à la plage

"Ca y est ! C'est l'été !

Roland va enfin pouvoir se baigner.

Après toute une année à travailler, rien de mieux que de se détendre au soleil, pas vrai ?"


#rolandlelefan, #louisemezel, #lajoiedelire
La cité des squelettes La Cité des Squelettes

"C'est complètement fou et je me dis que j'ai dû rêver, que les squelettes « vivants » n'existent que dans les films de fantômes ou de momies ! Mais non, j'en vois un second, puis un troisième. Et…
#lacitedessquelettes, #richardpetitsigne, #romanepoch, #etincelles, #gulfstream

Charles, 1943 Charles, 1943

"N'empêche, chaque soir, avant de s'endormir, il tire de sous son lit ses albums et se prépare à rêver de contrées inconnues, de peuples insoumis, de baobabs, de…
#charles1943, #florencemedina, #poulpefictions

Là où naissent les nuages Là où naissent les nuages

Encore un très beau texte de l'autrice qui nous emmène en Mongolie...


#laounaissentlesnuages, #anneliseheurtier, #casterman
Les optimistes meurent en premier
Dernier titre paru de mon autrice fétiche Susin Nielsen...
#lesoptimistesmeurentenpremier, #susinnielsen, #helium, #deuil, #chat, #amitié, #culpabilite
Barricades
Après Mots Rumeurs, mots cutter ou Invisible, Barricades aborde aussi un sujet sensible.
#barricades, #charlottebousquet, #jaypee, #gulfstream
Un petit bout d'enfer Un petit bout d'enfer


#unpetitboutdenfer, #rachelcorenblit, #doadonoir, #rouerguejeunesse

Casseurs de solitude
Hélène Vignal sait aborder des sujets difficiles avec justesse, comme en témoignent ses précédents romans Gros dodo ou Zarbi (Le Rouergue). Au travers des histoires de Casseurs de solitude, qui sont…
#casseursdesolitude, #helegnevignal, #lerouergue, #doado
L'héritage de Judith Blackwood L'héritage de Judith Blackwood

“Elle poussa le battant, remercia une dernière fois le cocher et s’aventura sur le chemin. Très vite, elle fut avalée par l’obscurité. Pourtant le cocher resta de longues minutes sans bouger,…
#lheritagedejudithblackwood, #nathaliesomers, #didierjeunesse