Loukoum Mayonnaise

Soumis par HashtagCeline le dim 11/11/2018 - 15:17
"Cette histoire est inspirée de faits qui auraient pu être réels."
#OlivierKa

Je me souviens de Janis est folle… Pour ceux qui l’ont lu, j’imagine que vous vous en souvenez aussi. Ce roman m’avait dérangée mais aussi beaucoup plu.

Avec Loukoum mayonnaise, Olivier Ka y va moins fort. Il faut dire aussi qu'il s'adresse à un public un peu plus jeune.

Néanmoins, il ne nous ménage pas en nous invitant à suivre la lente et violente dégradation d'une situation familiale sur fond de quête identitaire, de racisme et de guerre entre grands-parents. Explosif !

#RésumonsUnPeu

 

Victor est un jeune garçon égyptien par son père et belge par sa mère. Cette dernière a quitté la famille sans explication et son père s’apprête lui aussi à partir à Alexandrie mais pour y travailler. 

Victor est alors confié à ses grands-parents maternels qui habite à Nivezé, en pleine campagne belge.

De temps en temps, ses grands-parents paternels qui habitent Bruxelles viennent lui rendre visite. 

Petit à petit, entre les deux côtés de famille, la tension monte autour de la question du rôle de chacun auprès de Victor mais aussi et surtout à cause de leurs différences culturelles. 

Au milieu de tout ça, complètement tiraillé, Victor ne sait plus qui il est ni même qui il doit être…

#ExtrêmeK

 

Ce roman est habile. Olivier Ka l’est avec ce récit. Il nous amène à réfléchir sur de nombreuses thématiques intéressantes.

Cette histoire débute pourtant plutôt simplement : un enfant mis en garde chez ses grands-parents. Mais tout est finalement bien plus compliqué qu’il y paraît. Alors que plus aucun parent n’est présent, Victor se retrouve pris au piège... par ses propres grands-parents.

Il devient l’enjeu d’une guerre de famille, d’origines et de sentiments. Il cristallise aussi toutes les rancoeurs, l'animosité latente et le racisme ambiant.

Victor a une double culture : arabe et belge. A vrai dire, avant que son père s'en aille, cela ne lui avait jamais posé le moindre problème. Et maintenant, tout est différent. Doit-il vraiment choisir ? Au fur et à mesure, à cause de ses grands-parents, il se sent obligé de le faire ou du moins, d'essayer...

Il tombe petit à petit sous emprise. C’est terrible car ces personnes qui sont normalement là pour veiller sur lui vont finalement se servir de lui et oublier qu'il est un enfant qui n'a pas à subir tout ça.

Et si au départ, l’amour qu’ils portent tous à Victor peut expliquer leurs réactions, très vite, c’est la rage et la haine qui les animent. Enfin, surtout les deux femmes, car les deux hommes tentent essentiellement de les canaliser l’une et l’autre…

Victor est un personnage très touchant. Son histoire l’est aussi. On sent toute la détresse qui l'habite et les questions qui le hantent. Il est complètement étouffé par l’amour des uns et des autres. Il entend beaucoup de choses, trop de choses sur les uns, les autres, les arabes, les belges, l’Egypte… D'un côté comme de l'autre, on lui fait les yeux doux, on lui mitonne des bons petits plats. Mais il est finalement perdu au milieu de toutes ces attentions qui ne sont pas forcément bienveillantes. Et lui, a-t-on cherché à savoir ce qu'il veut vraiment ? 

La guerre ouverte entre les deux couples de grands-parents est poussée à l’extrême. Si certaines scènes relèvent du Grand-Guignol, elles n’en restent pas moins effrayantes mais malheureusement révélatrices de certains comportements et façons de penser. On pourrait s’en amuser si Victor n’en était pas la triste victime.

Mais bon, on rit quand même, à d’autres moments. Cela permet aussi de désamorcer la tension présente.

Comme son titre, ce roman repose sur de fortes oppositions qui essaient de cohabiter : amour et haine, humour et sérieux, loukoum et mayonnaise, … 

Je suis véritablement conquise par ce court roman surprenant et percutant qui permet de réfléchir au racisme ordinaire, aux difficultés que peut poser une double culture dans notre société et qui invite aussi à s’interroger sur la place des grands-parents aujourd’hui.

 

Venez vite déguster (et aussi vous piquer la langue) avec cet étonnant Loukoum mayonnaise.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires de famille.

Pour ceux et celles qui ont deux pays.

Pour ceux et celles qui n’ont pas peur que tout dérape.

Pour tous et toutes à partir de 12 ans.

Coup de cœur !
Auteur
Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
147
Prix
12.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Comment on fait les bébés?
"Qui saura répondre à cette question?" Euh... Pas les parents de cette histoire apparemment.
#commentonfaitlesbebes, #isabellejameson, #maudlegrand, #les400coups, #grimace
Boo
"Thelma me serre le bras et dit : T'en fais pas, Oliver. Tout va être au poil. Esther grommelle : -A ta place, je ne parierais pas ma vie dans l'au-delà là-dessus."
#boo, #neilsmith, #ecoledesloisirs, #mediumplus
Lumière
Carole Trébor est passionnée par la Russie et son Histoire. Après sa série Nina Volkovitch (Gulf Stream), Lumière, son nouveau roman, en est encore une fois la preuve. Magique et envoûtant.
#russie, #magie, #identité
Le plongeon Le plongeon

"J'ai horreur de ce genre de couvre-lit. Tissu rêche, couleur moche, poussière, cendre. Couleur mort, on dirait qu'ils le font exprès.

Je déteste ce papier peint, cette peinture écaillée,…
#leplongeon, #severinevidal, #victorlpinel, #grandangle, #babelio

Celle que je suis
“J’ai fermé les yeux et serré très fort les paupières, pour que le destin que j’entrevoyais, et auquel j’aspirais tant, ne puisse jamais s’échapper.”
#cellequejesuis, #anneloyer, #slalom
Le canard le plus paresseux du monde et autres incroyables records
"Au cours de la rédaction de ce livre, [les auteurs] ont consommé 4978 sandwichs au bacon et bu 9983 bols de chocolat chaud."
#lecanardleplusparesseuxdumondeetautresincroyablesrecords, #johnyeoman, #queninblake, #littleurban, #premiersromans
Je te plumerai la tête
"Tous savent mon attachement à Papa Lou - j'appelle ainsi mon père. Ils pourraient me charrier : " La fille à son Papa ! La tit'princesse, gâtée, pourrie, a son daddy adôôôôôré!" Mais pas du tout."
#jeteplumerailatete, #clairemazard, #syros
L'épouvantable bibliothécaire
"-LA BIBLIOTHÈQUE EST FERMÉE ! Suzanne se retourna. Une vieille femme lui faisait face. Elle était voûtée et faisait peur à voir, avec ses cheveux gris noués en chignon serré et ses verrues plein le…
#lepouvantablebibliothecaire, #annegaellebalpe, #ronanbadel, #pepix, #sarbacane
Virgile & Bloom Virgile & Bloom

"- Désolée.

- T'inquiète.

- C'est particulier la colère, pas vrai? Ca fait comme des insectes dans…
#virgileetbloom, #joannerichoux, #actessudjunior

Phalaina -Phalaina-

“Cette gamine, il faut bien le dire, avait tout du Malin.
Ses yeux rouges, déjà, étaient une étrangeté qui avait plusieurs fois fait frissonner Monsieur l’abbé… Le fait qu’elle ne parle pas…
#phalaina, #rouerguejeunesse, #alicebrierehaquet