Dans la gueule du diable

Soumis par HashtagCeline le lun 13/09/2021 - 15:07

"Amina ne lui laissait pas le choix. C'était tout ou rien. Refuser, c'était passer pour un dégonflé. Renoncer, c'était étouffer la curiosité qui l'étreignait. Mais accepter... c'était sans doute se jeter dans la gueule du diable."

#AnneLoyer

Après l’émouvant La fille sur le toit (Gulf Stream, 2019), et le dépaysant Celle que je suis (Slalom, 2019), Anne Loyer m’entraîne dans un nouveau genre avec Dans la gueule du diable : le roman policier.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce roman est très efficace !

C’est un récit assez court (180 pages) qui se lit facilement, d’autant plus que la collection propose le texte dans une police de caractères plus grosse que ce que l’on peut trouver en règle générale.
Cela peut donc être une bonne proposition à faire aux lecteurs moins aguerris. Mais pas que !
Car l’histoire ne manque pas de suspense ni d’intérêt.

Tout débute avec une sombre affaire de trafic. On assiste à la discussion de deux malfrats qui ont décidé de cacher de la marchandise dans une vieille usine désaffectée, à côté d’une fête foraine qui vient de s’installer.
En parallèle, Tom, un jeune garçon féru de photo, vient justement d’avoir l’idée de réaliser un reportage sur ce lieu de réjouissance pour le journal du collège. Mais il ne sera pas seul, il doit faire équipe avec Amina, une jeune fille un peu bizarre qui cache ses jolis yeux et ses secrets sous une vieille casquette. Tous deux vont apprendre à se connaître mais aussi prendre trop de risques en se jetant...dans la gueule du diable.

J’ai vraiment apprécié cette lecture grâce notamment aux deux héros qui sont très différents mais très attachants, l'un comme l'autre. Tom est un garçon plutôt simple et réservé. Il va se laisser entraîner par Amina, une jeune fille en deuil qui se moque du qu’en dira-t-on.
Leur duo journalistique fonctionne bien et on se prend au jeu avec eux même si on sent qu’ils vont bien trop loin dans leurs investigations.
Tous les éléments d’un bon polar sont là : les malfrats, les séances d’espionnage, les courses-poursuites, les frayeurs, le cadavre…
Et on ne s’ennuie pas un instant.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en débutant ce roman. J’avoue que je n’avais pas lu la quatrième de couverture, faisant confiance à l’autrice qui a toujours su me séduire avec des histoires divertissantes, émouvantes et riches de découvertes. 
C’est un chouette texte que je vais intégrer au fonds de ma bibliothèque pour étoffer mon rayon de polars pour ados qui a besoin d’un peu de bonnes nouveautés. C'en est une et je vous invite vous aussi à vous jeter Dans la gueule du diable.

 

Quatrième de couverture (image blog Anne Loyer)

#PourQui?

Pour ceux et celles qui cherchent un roman policier court et efficace.

Pour ceux et celles qui n'ont pas froid aux yeux.

Pour ceux et celles qui aiment les fêtes foraines et surtout le train fantôme.

Pour tous et toutes à partir de 13 ans.

Auteur
Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
179
Prix
7.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Illuminae - Tome 1: Dossier Alexander
Voici un des nombreux romans que j’ai ouvert bien après sa sortie. Mon œil avait littéralement glissé sur ce titre quand j’étais libraire. Pourquoi ? Je ne sais pas. Et aujourd’hui, un peu plus d’an…
#aventure, #adolescents, #survie, #espace, #humour
La nuit parfois je rêve
"Parfois, dans mes rêves, j'apprends à voler. Parfois, je tombe. Parfois, au réveil je ne me souviens plus de rien."
#lanuitparfoisjerêve, #stephaniedemassepottier, #clemencepollet, #delamartinierejeunesse, #album
Les derniers des branleurs Les derniers des branleurs

“Il est quelle heure? C’est quoi la date? Il fait nuit ou jour? Tout ça n’a plus de sens. N’en a jamais eu, n’en aura jamais. Les mêmes choses en boucle.”


#lesderniersdesbranleurs, #vincentmondiot, #lddb, #actessudjunior
Meurtre mode d'emploi (à l'usage des jeunes filles)
“Pip savait beaucoup de choses, (...) ; elle savait que “hippopotomonstrosesquipédaliophobie” était le terme technique pour désigner la peur des mots trop longs, elle savait réciter par coeur les…
#meurtremodedemploialusagedesjeunesfilles, #meurtremodedemploi, #hollyjackson, #casterman, #letsread
Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon
"Grand-Mamie me dit alors qu'un régiment c'était mille hommes. Entre 1914 et 1918, un régiment, c'était aussi mille morts. Un tiers des 1 400 000 Français tués lors de la Première Guerre mondiale l'…
#lejourouonaretrouvelesoldatbotillon, #hervegiraud, #thierrymagnier
Le monstre chez moi Le monstre chez moi

"Ma tête tourne ; mes yeux ont du mal à refaire le point. Ça me choque, comme toujours. Mais la brûlure n'est déjà plus qu'un souvenir. Ce n'est jamais la douleur, le pire. La douleur est vite…
#lemonstrechezmoi, #amygiles, #nathan, #lireenlive

Rosalie Rosalie

“Les jours de mistral, les voiles se gonflent et claquent au vent. Maman tient bon la barre pour lutter contre le courant. C’est qu’elle est forte maman, c’est une vraie pirate, elle ne se…
#rosalie, #ninondufrenois, #julienmartiniere, #ginko, #voceverso

Abécédaire des métiers imaginaires
"-Gardien de flocons de neige- Observer, attraper, comparer, numéroter, classifier, congeler. Les gardiens travaillent par -5 degrés et rêvent d'une grande tasse de chocolat chaud."
#abecedairedesmetiersimaginaires, #annemontel, #littleurban
Lise et les hirondelles
Lise a 13 ans, l'âge de l'insouciance. Mais en temps de guerre, l'insouciance n'a pas sa place.
#liseetleshirondelles, #sophieadriansen, #nathan, #lireenlive, #histoire, #secondeguerremondiale
Celle que je cherchais Celle que je cherchais

Noah et Armelle. Armelle et Noah.

Toute une histoire. Deux personnages inoubliables.


#cellequejecherchais, #cassandrelambert, #didierjeunesse