Wonder

Soumis par HashtagCeline le jeu 04/01/2018 - 14:59
Depuis 2013, j’ai tenu Wonder dans mes mains à de nombreuses reprises... pour le vendre à d’autres. Et puis il y a quelques temps, j’ai enfin pris ce livre…pour moi. J'ai bien fait.
#JusteWonder

Wonder est ce genre de romans qui fait vraiment du bien. Le sujet, difficile, est magistralement traité aussi bien sur le fond que la forme. C’est émouvant, c’est juste, c’est beau, c’est bien écrit (et traduit) et ça bouleverse, réellement. J’ai toujours un peu peur lorsque je me lance dans un livre qui a été encensé. Peur d’être déçue. Mais ça n’a pas été le cas pour ce très joli roman. 

Le choix du sujet et du héros est en soi déjà remarquable. On a beaucoup de titres sur le mal-être adolescent, la maladie, le handicap moteur ou encore la cécité. Mais je crois que je n’avais encore jamais lu un roman avec un tel héros.

Ce qui est vraiment très intéressant aussi, c’est qu’on a plusieurs points de vue sur l’histoire. On peut donc mesurer l’impact que l’aspect physique du héros peut avoir sur la vie de tous ceux qui vivent avec, le côtoient, le croisent et qui choisissent ou non d’accepter August tel qu’il est. Cet entourage est lui aussi important car il est vrai que lorsqu’une maladie ou un handicap touche une personne, c’est toute sa famille et ses amis qui sont également impactés. R.J. Palacio a eu l’intelligence de prendre tout ça en compte.

Mais surtout, dans ce roman, le héros, August, est réellement attachant. Pas parce qu’on a pitié de lui. Loin de là ! On est ému face à ce gamin de dix ans qui aimerait vivre une vie normale mais qui n’a pas eu de chance et qui, s’il n’en a peut-être pas pleinement conscience, mène un vrai combat.

#RésumonsBrièvement

La famille Pullman est très soudée. Les parents, Isabel et Nate, ont eu deux enfants : l’aînée Olivia (Via) et August (Auggie). Tout pourrait être parfait mais une ombre est venue noircir le tableau. August est atteint d’une malformation faciale très importante. A cause de nombreuses opérations et aussi de la peur du regard des autres, à 10 ans, il n’a jamais été scolarisé. Mais cette année, passage en 6e, il va faire sa première rentrée. Au collège, rien ne va être facile pour le jeune garçon. Il va devoir affronter les moqueries et la méchanceté de ses camarades à un âge où l’apparence et la popularité sont bien souvent les seules choses qui comptent. Julian, un des élèves pourtant censé l’aider à s’intégrer ne va avoir de cesse que de rabaisser August et essayer de le mettre en marge. Heureusement, tout le monde n’est pas comme ca. August se fait une amie, Summer. Et puis il y a Jack Will, un garçon de sa classe qui semble l’apprécier. August va-t-il réussir à trouver sa place ? Son arrivée au collège va bouleverser la vie de bien des gens, les obliger à regarder ce qu’ils n’ont pas envie de voir et peut-être, on l’espère, devenir plus tolérant.

#JusteMerveilleux

Le récit, comme je l’indiquais plus haut est découpé en plusieurs parties. On découvre l’histoire du point de vue d’August,de celui de sa sœur (qui souffre elle aussi d’une autre manière), de Summer, de Jack Will, de Julian et de bien d’autres (amis et ennemis). C’est vraiment cela qui donne une grande force à ce récit. Chaque personnage est très honnête sur le regard qu’il porte sur August. La plupart l’aime mais cet amour est difficile car toujours soumis au regard des autres, beaucoup moins tendre.

Je pense que tout le monde devrait lire ce livre tant il invite à la tolérance, tant il nous fait prendre conscience de notre regard parfois dur envers ceux qui ne nous ressemblent pas, tant il est juste. On ne tombe jamais dans le larmoyant. La méchanceté de certains par rapport à August n’est pas édulcorée. L’histoire n’est pas non plus enjolivée. Il aurait été dommage que je passe à côté de ce titre qui m’a vraiment bouleversé (larmichette à l’appui) Il porte décidément bien son titre, comme le héros de l’histoire.

On referme Wonder avec une grosse montée d’émotion. On quitte August les larmes aux yeux et on a surtout envie de lui dire qu’on le trouve merveilleux, nous aussi.

#AdaptationCinéma

En cours de lecture, j’ai appris qu’une adaptation avait été tournée. Je suis bien curieuse de voir ce film. Comment vont-ils avoir retranscrit le point de vue de chacun ? Cela m’intrigue. 

(sortie en salle le 20/12/2017)

Coup de cœur !
Auteur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
328
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Le meilleur resto du monde
Les toutous, c’est une super bande de potes (de chiens) qui a toujours des chouettes idées pour s’amuser (et parfois se chamailler).
#lemeilleurrestodumonde, #dorotheedemonfreid, #lestoutous, #ecoledesloisirs
#Bleue
Dans le monde d’Astrid et Silas, tout doit être sous contrôle. Il n’est pas permis de manifester le moindre signe de douleur ou de tristesse qui trahirait une faiblesse intolérable aux yeux de la…
#amour, #courage, #manipulation, #réseauxsociaux, #sentiments
Casseurs de solitude
Hélène Vignal sait aborder des sujets difficiles avec justesse, comme en témoignent ses précédents romans Gros dodo ou Zarbi (Le Rouergue). Au travers des histoires de Casseurs de solitude, qui sont…
#casseursdesolitude, #helegnevignal, #lerouergue, #doado
L'Agence Pendergast
"Des monstres menacent la ville? Une solution : l'Agence Pendergast !"
#lagencependergast, #leprincedestenebres, #lemonstredesegouts, #christophelambert, #didierjeunesse
Les yeux d'Aireine
"Mes yeux, je les garderai baissés. Pas un regard, non, surtout pas."
#lesyeuxdaireine, #dominiquebrisson, #syrosjeunesse
Des bleus au cartable
"Et cette fille, là, avec son cartable à roulettes de bébé et ses habits moches... elle ne croit quand même pas que je vais répondre à son petit sourire ? Je l'ignore en passant devant elle, sans…
#desbleusaucartable, #murielzurcher, #sebastienpelon, #didierjeunesse
Plein gris Plein gris

“Quand je me retourne, le visage de Victor est blême. Il a posé une main sur sa bouche, ses yeux sont agrandis d’horreur, comme dans un film.
- C’est ma faute ! J’ai laissé ouvert quand je…
#pleingris, #marionbrunet, #pocketjeunesse, #agencecomj

Catch, tournevis et lutins-robots
"Je m'appelle Pénélope et des lutins-robots sont en train de kidnapper mon petit frère. Non : je commence mal mon histoire. Il faut que je raconte les choses dans l'ordre, sinon vous n'allez rien…
#catchtournevisetlutinsrobots, #hlenoir, #mariemorelle, #sarbacane, #pepix
L'autre soeur
Un roman dont le résumé m'a tout de suite fait penser à Perdue et retrouvée de Cat Clarke mais aussi à La double vie de Cassiel Roadnight de Jenny Valentine...
#lautresoeur, #cylinbusby, #milan, #disparition
La sans-visage La sans-visage

“Rien n’était normal et tout était normal. Tout ce qui était anormal avait commencé depuis le début, alors maintenant, c’était normal. Je ne sais pas comment l’expliquer.”


#lasansvisage, #louisemey, #ecoledesloisirs, #medium