Quand vient la vague

Soumis par HashtagCeline le sam 09/06/2018 - 10:04
Je vous annonce une tempête d'émotions avec ce roman écrit à quatre mains.
#RazDeMarée

 

Ce titre, j’en ai beaucoup mais alors beaucoup entendu parler avant et à l’époque de sa sortie. Ce roman écrit à quatre mains a inondé les réseaux sociaux entraînant une déferlante de chroniques positives. Les auteurs, je les connaissais mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de les lire. Grâce à Quand vient la vague, j’ai fait d’une pierre deux coups : découvrir un joli roman mais aussi deux auteurs.
 

#RésumonsUnPeu

 

Nina, la sœur de Clément, a disparu il y a quelques mois. Etait-ce de façon intentionnelle ? S’est-elle enfuie ou doit-on imaginer le pire… ?
La vie de la famille a été bouleversée. Clément aussi, mais à sa façon… Lui, tout à sa passion pour le surf, n’a pas vraiment réalisé. Il s’est laissé flotter, à côté de ses parents, à la dérive. 
Et puis, un nouvel élément est rentré en compte. Nina aura 18 ans dans deux mois, elle sera majeure et les recherches s’arrêteront.

Clément réalise enfin la gravité et l’urgence de la situation. 
Sa sœur lui avait laissé une lettre. Il reprend tout à zéro et va lui-même enquêter sur les mois qui ont précédé la disparition de Nina pour découvrir la vérité et peut-être retrouver l’adolescente.
 

#OnVousDoitLaTransparence

 

Je suis toujours épatée par les romans écrit à quatre mains. Je me demande toujours comment un auteur arrive à sortir de son propre univers, de ses propres idées pour les confronter à ceux d’un autre. C’est un sacré exercice.
C’est assez admirable, surtout quand c’est réussi comme dans Quand vient la vague

Ce roman, c’est avant tout deux personnages forts et très touchants : Nina et Clément que l’on suit dans le passé et le présent, avant et après la vague. 

Pour Nina, il est question de savoir ce qui l’a amenée à disparaître. Se déroule sous nos yeux le film des événements qui ont bouleversé la vie de la jeune fille. Nous découvrons aussi ce qu’elle a appris et qu’elle n’a pu se résoudre à partager avec son frère, Clément, sa meilleure amie, Romane, ou ses parents. Elle s’est retrouvée seule et désemparée face à des révélations écrasantes. 
Alors Nina a cherché à comprendre, à tenir… en vain. Elle a coulé. Sa bouée de sauvetage ? Une rencontre. Jules, un jeune garçon qui a vécu des moments difficiles, va l’aider à trouver un nouveau sens à sa vie, à se rendre compte que la famille n’est pas forcément celle qui nous a vu naître, celle au sein de laquelle on a grandi mais parfois celle qu’on rencontre, qu’on choisit.

Pour Clément, cela va être la prise de conscience à retardement et l’affolement dans lequel cela le plonge. Sa sœur lui manque. Il ne s’est pas impliqué dans les recherches quand elle a disparu. Il doit le faire maintenant. Il en a besoin vital. Comprendre. Alors, il se lance sur les traces de sa sœur. Il va lui aussi découvrir la terrible vérité qui a fait sombrer Nina. Mais pour elle, il va tenir le choc, aller au bout de lui-même. Il doit aussi aller jusqu’au bout pour retrouver sa sœur. Elle lui a dit dans sa lettre  « Je suis ta sœur. Tu es mon frère. » Il a le sentiment qu’elle a voulu lui laisser un message. 

A côté, il y a d’autres personnages intéressants, des soutiens pour les deux héros : Romane, la meilleure amie de Nina et Jules, ce jeune homme que Nina rencontre par hasard… Et puis, il y a aussi Elise.

Mais je n’en dirais pas trop car je ne veux pas dévoiler le mystère central de ce roman, celui qui fait l’effet d’une vague emportant tout sur son passage, tel un tsunami.

Ce que je peux vous dire c’est que ce roman est riche en émotions. Il est aussi riche en pistes de réflexion sur la famille et tout ce qu’on met derrière ce terme (cela me fait penser à un autre roman qui aborde aussi cette notion : Trois petits mots de Sarah N. Harvey dans la collection M Les romans de chez Magnard) ou encore sur l’homosexualité.

J’ai beaucoup aimé les deux frères et sœurs. J’ai trouvé leur relation très crédible. On vit parfois les uns à coté des autres sans vraiment se parler, se connaître. Et être de la même famille n’y change rien. On ne connaît jamais vraiment une personne (superbe phrase bateau). Clément et Nina vont malheureusement en faire les frais.

J’ai trouvé cette lecture fluide, agréable et bien rythmée par l’alternance des voix de Clément et de Nina.
On y voyage aussi un peu, entre Lacanau et Bordeaux que l’on découvre à travers les yeux des deux héros. 
Il y est aussi question de surf puisque c’est la passion de Clément.  

Bon, je me suis un peu étalée. C’est que ce roman m’a plu et qu’il y a beaucoup de choses à en dire !
Je peux désormais affirmer que les critiques étaient largement méritées et je dis moi aussi bravo à Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier.

#Extrait

 

« Qu’est-ce que c’est, une sœur ? Quelqu’un qui a plus ou moins les mêmes gènes que vous ? Quelqu’un qui a les mêmes parents ? Un même parent ? Quelqu’un qui a été élevé par les mêmes personnes ? Quelqu’un qui a grandi avec vous ? Quelqu’un qui partage les mêmes valeurs ? Quelqu’un sur qui on pourra toujours compter ? 
Il ne peut plus compter sur Nina. Est-elle encore sa sœur ? »
p 171
 

#PourQui?

 

Pour ceux qui aiment les histoires de famille.

Pour ceux qui recherchent de l'émotion.

Pour ceux qui n'ont pas peur de se prendre une vague de plein fouet.

Pour ceux qui aiment le surf.

A partir de 13 ans.

#Larguée

 

Pour l’anecdote qui ne sert à rien, j’ai d’abord cru que ce roman parlait du tsunami en Thaïlande. Je faisais un amalgame (de titre) avec le magnifique texte Après la vague d’Orianne Charpentier (que j’adore) paru chez Gallimard. Comme quoi parfois, je suis un peu larguée…

Coup de cœur !
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
288
Prix
15.90 €
Note
8
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Celle que je suis
“J’ai fermé les yeux et serré très fort les paupières, pour que le destin que j’entrevoyais, et auquel j’aspirais tant, ne puisse jamais s’échapper.”
#cellequejesuis, #anneloyer, #slalom
Oh! Il neige...
C’est l’hiver. Le froid pointe le bout de son nez. Mais qui fouine ainsi dans les feuilles d’automne? Oh! Il neige...
#ohilneige, #cedricramadier, #vincentbourgeau, #ecoledesloisirs, #album
Bandiya, la fille qui avait sa mère en prison
Une grand-mère, une mère et une tante braqueuses? La vie famille de l'héroïne sort de l'ordinaire!
#bandiyalafillequiavaitsamereenprison, #catherinegrive, #fleurus
L'arrêt du coeur ou comment Simon découvrit l'amour dans une cuisine
"Comment fait-on pour se porter comme un charme le mardi, démarrer sa journée du mercredi avec une bonne tartine de confiture aux framboises et s'effondrer dans son bol de café au lait quelques…
#larretducoeur, #agnesdebacker, #anaisbrunet, #memo, #polynie
Wonder
Depuis 2013, j’ai tenu Wonder dans mes mains à de nombreuses reprises... pour le vendre à d’autres. Et puis il y a quelques temps, j’ai enfin pris ce livre…pour moi. J'ai bien fait.
#difference, #tolerance, #amitié, #famille, #handicap, #college, #emotion
Six pieds sur terre Six pieds sur terre

“Vivre, c'est courir après l'espoir d'être vivant, accepter en soi une faim que rien ne peut éteindre. S’essouffler à croire, vouloir, à demeurer dans le mouvement. Mais les chances sont minces et…
#sixpiedssurterre, #antoinedole, #lincendie, #robertlaffont

Malicia Peps Tome 1 Concours à Canal Sorcière
Avec ce premier roman, Sibéal Pounder dépoussière le mythe de la sorcière. Vous ne croiserez ni chat noir ni balai et vraiment très peu de nez crochus dans cette aventure où, en revanche, l’humour…
#maliciapeps, #sibealpounder, #lauraellenanderson, #milan
Au lit les chats
" Un chat rouge est entré dans la maison pour s'y reposer. Et voilà que tout doucement s'approche un chat vert foncé..."
#aulitleschats, #barbarauriocastro, #saltimbanqueeditions
Tous différents tous pareils (dossier Page des Libraires)
Parler du handicap avec humour sans tomber dans le cliché, mettre en scène la différence avec décence et sans tabou, c’est le pari réussi de Nos cœurs tordus de Séverine Vidal et Manu Causse, et…
The Hate U Give
The Hate U Give ? LE roman dont tout le monde parle...
#thehateugive, #thug, #angiethomas, #nathan, #lireenlive