Pour un oeil de poupée

Soumis par HashtagCeline le lun 09/04/2018 - 18:07
Parfois, le pire qu’on pensait vivre n’est pas le pire qui peut nous arriver…
#CycleHorrifique1/3

 

Qu’on se le dise tout de suite : j’adore les romans qui font peur. Et honnêtement, c’est un genre qu’on ne trouve pas tant que ça dans la littérature adolescente. 
Alors dès que j’en vois un qui parle de maison hantée, de possession, de fantômes ou que sais-je encore, je me jette dessus (cf mon articles sur Les chiens d’Alan Stratton (coming soon) ou sur Attends qu’Helen vienne de Mary Downing Hahn) ! 
Décidément, non. « Pour un œil de poupée » ne pouvait pas échapper à mon œil averti.
 

#CoupD'Oeil

 

Hadley vient d’emménager avec sa mère, Ed, son nouveau beau-père et Isaac, son demi-frère dans une vaste demeure ancienne.

Au-dessus de leur garage, dans un appartement indépendant, vit une gentille vieille femme, Althea S. Des Monts. 
Hadley regrette son ancienne vie, dans leur petit appartement où elle avait ses habitudes rassurantes et où sa mère prenait soin d’elle.
Aujourd’hui, sa mère rayonne certes. Ed et Isaac ne sont pas désagréables, non.  Mais Hadley n’a plus sa maman pour elle toute seule. Elle voudrait tant que tout redevienne comme avant !
La jeune fille n'a plus de repères et ses amies lui manquent. Et ce n’est pas Gabe, son drôle de voisin passionné par les insectes, qui arrive à lui changer les idées.

Pour espionner Ed, Issac et et sa mère partis faire du cerf-volant alors qu'elle a refusé, Hadley monte au grenier.

Là-haut, elle trouve un œil. Un œil de poupée. Puis sous les draps qui recouvrent la plupart des meubles de la pièce, elle découvre une maison de poupées, réplique parfaite de leur maison à eux. 
Hadley, innocemment, décide de redescendre cet imposant jouet dans sa chambre. 

Vont alors commencer à se produire d'étranges événements. 
Et en parallèle, se déroule le récit des journées d’une petite fille qui vivait là bien avant Hadley et à qui la maison avait été offerte.
 

#PourUnOeil...

 

En lisant Pour un œil de poupée, j’ai pensé à trois autres livres :

- Attends qu’Helen vienne de Mary Downing Hahn chez le même éditeur, concernant les relations familiales compliquées qu’entretient l’héroïne avec le reste de sa famille. Il y a de nombreuses similitudes. 

- La marque du diable d’Anne Fine, cet excellent roman où apparaît également une maison de poupée hyper flippante.

- Coraline de Neil Gaiman à cause de certains passages notamment ceux où Hadley trouve sa famille "différente".

L’héroïne, Hadley, est enfermée dans des regrets qui l’empêche de voir le bon côté des choses de sa nouvelle vie. Elle est, de fait, la candidate parfaite et la victime idéale pour l’histoire qui doit se jouer. Elle qui cherche une solution à des problèmes qui lui semblent insurmontables va faire une proie facile à manipuler. 
Alors, sans mesurer  la réelle portée de ses actes, elle s’empêtre et s’enfonce dans les ténèbres. Et quand elle voudra faire machine arrière, il sera peut-être déjà trop tard.

Parfois, le pire qu’on pensait vivre n’est pas le pire qui peut nous arriver…

Ce roman est assez nébuleux. On ne sait pas toujours où l’on va… Ce qui est sûr, c’est que l’obscurité se fait de plus en plus totale au fur et à mesure que le récit avance. 

Il y a une vraie ambiance dans ce texte qui ne nous ménage pas. La grand-mère, l’histoire de la petite fille, la maison de poupées et l’atmosphère de la demeure en elle-même sont très angoissantes… 

Dans Pour un œil de poupée, on a deux histoires qui se superposent : le présent et le passé. Un passé qui explique le pourquoi des évènements du présent. Petit à petit, on découvre des choses, jamais vraiment rassurantes, qui nous font tendre vers cette issue qui je dois bien l’avouer m’a beaucoup étonnée.

J’ai réellement frissonné en le lisant et carrément manqué d’air en le refermant. Et je ne peux que saluer le talent de l’autrice de s'être jouée de moi jusqu'au bout.

#PourQui?

 

Pour les adolescents à partir de 13 ans qui aiment se faire peur.
Pour ceux qui aiment les livres à ambiance. Et pour ceux qui sont en colère contre leur famille. Ce livre les aidera à relativiser ;-)
 

#CycleHorrifique

 

Composition du cycle horrifique : 

1 Pour un oeil de poupée de Marina Cohen chez Thierry Magnier

2 Emmurées d'Alex Bell chez Milan

3 La maison abandonnée de Joël A.Sutherland chez Actes Sud Junior

Auteur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
221
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Petite Bébé est fachée
Vous ne connaissez pas encore Petite Bébé ? Malgré sa mauvaise humeur, vous allez l'aimer, vous verrez.
#petitebebeestfachee, #stephaniedemassepottier, #luciecalfapietra, #sarbacane
Le génie de la lampe de poche
Un excellent Pépix servi par une excellente auteure : Emilie Chazerand (La fourmi rouge chez Sarbacane)
#humour, #vacances, #magie
Gorilla Girl Gorilla Girl

"Il enfile les palmes et règle quelque chose sur son masque.

- T'es sûr, mec? insiste Sylvain. C'est pas hyper prudent...

Le mot provoque une drôle de réaction chez Octave.


#gorillagirl, #sarbacane, #exprim, #anneschmauch
L'Estrange Malaventure de Mirella
"Soyez sages et pieux, et jamais vous ne poserez les pieds sur les pavés brûlants qui mènent aux portes du Diable. L'enfer est réservé aux meurtriers, aux voleurs, aux assassins et aux femmes…
#lestrangemalaventuredemirella, #florevesco, #mediumplus, #ecoledesloisirs
Aimée et Medhi...au fil de la vie
Une jolie collection d'albums mettant en scène deux héros confrontés à des petits et grands bouleversements du quotidien.
#aimeeetmedhiaufildelavie, #sophiefurlaud, #laurentsimon, #casterman
Le camping de la mort Le camping de la mort

“La brume venue du sol charriait des odeurs d’humidité et de moisissure, des odeurs de sous-bois. Je me dis que c’était étrange parce que, d’habitude, j’aimais bien ces odeurs. Si nous en…
#lecampingdelamort, #thibaultvermot, #hante, #casterman, #letsread

Les chiens
Ce roman est un véritable concentré de peur. Moi qui aime les romans d'horreur, je me suis régalée...
#leschiens, #allanstratton, #milan, #horreur, #fantome, #famille
Ton absence Ton absence

" Toi déjà, tu savais, que la vie est fébrile, qu'à quoi bon les lignes droites, confort et insipides, quand tous les creux attendent, en embuscade, les écarts qui…
#tonabsence, #guillaumenail, #rouerguejeunesse, #doado

La route froide
"Les grosses chaussettes serraient ses jambes jusqu'au mollet comme deux tuyaux de fer, et les lacets des mocassins, noués et tordus de façon bizarre, étaient aussi durs que du barbelé. Il essaya de…
#laroutefroide, #thibaultvermot, #alexwinker, #sarbacane
Lionel et le perroquet
"Ne pleure pas, Joubert. On t'aime même si tu parles comme un vieux camembert."
#lioneletleperroquet, #ericveille, #actessudjunior, #lionel