Les amours d'un fantôme en temps de guerre

Soumis par HashtagCeline le dim 17/03/2019 - 14:38
"Dans le monde des fantômes, une guerre impitoyable fait rage. Des spectres malfaisants, idéologues et criminels, ont pris le pouvoir. Alors que la Résistance s'organise, un jeune fantôme, à la recherche de ses parents disparus, s'y enrôle avec espoir et conviction. "
#PrixVendredi2018

 

Le Prix Vendredi est tout récent mais est déjà reconnu. Nommé ainsi en hommage à Michel Tournier et récompensant « un ouvrage francophone, destiné aux plus de 13 ans », il avait, lors sa première édition,distingué Anne-Laure Bondoux et son très beau roman L'aube sera grandiose.
Alors, pour cette deuxième édition, je surveillais. En lice, des romans qui m'avaient subjuguée, dérangée et que je souhaitais secrètement voir gagner. 

Et c'est finalement Nicolas de Crécy qui a raflé la mise. Son roman était l'un des seuls que je ne connaissais pas. Tant mieux !

Intriguée, j'ai décidé de lire ce roman à côté duquel j'étais complètement passée...

 

#AlbinMichelPrésente

 

"Dans le monde des fantômes, une guerre impitoyable fait rage. Des spectres malfaisants, idéologues et criminels, ont pris le pouvoir. 
Alors que la Résistance s’organise, un jeune fantôme, à la recherche de ses parents disparus, s’y enrôle avec espoir et conviction. Avant d’être impliqué dans une autre guerre, plus violente encore : celle des humains. Le hasard amène le jeune fantôme jusqu’à une maison étrange, où se cache une jeune fille. Il en tombe amoureux, voudrait lui déclarer sa flamme, alors que celle-ci ne se doute même pas de son existence.
Mais un soir elle disparaît…"

Pour les jeunes lecteurs comme pour les adultes (à partir de 13 ans)

 

#EnTempsDeGuerre

 

Une fois le livre en main, ce qui m'a tout de suite frappée, ce sont ses illustrations. Impossible de rester insensible à la beauté de ces images, véritables tableaux, jalonnant le texte.
Nicolas de Crécy est issu du milieu de la BD et nous offre avec ce roman une pleine étendue de son talent artistique. 

Si l'illustration est une part importante de ce livre, il y a aussi une histoire l'accompagnant dans laquelle je me suis lancée, toujours aussi curieuse et avec un bon a priori.

Cette histoire est à la fois originale et tristement déjà vue. Nous nous retrouvons au coeur d'une guerre, qui comme celle 39-45, oppose un régime totalitaire à une population qui résiste et qui souffre. 
Sauf qu'ici, tous les personnages (ou presque) sont des fantômes. Car c'est dans leur monde que la guerre se déroule.
Le héros est lui aussi un fantôme. Il va croiser la route de ses semblables, pas toujours bien attentionnés, et vivre dans des lieux habités par les humains. Il se prend d'amitié pour un chien et tombe amoureux (pas du chien). 
L'histoire, je le reconnais, est intéressante ne serait-ce que par ce parallèle établi entre l'histoire de notre monde et celui des fantômes.
Les aventures du héros ne sont pas dénuées d'intérêt et grâce aux illustrations, on avance, on s'enfonce au coeur de la folie de ces fantômes qui réveille les vieux démons de notre propre passé.

Malgré tout, je n'ai pas réussi à rentrer pleinement dans cette aventure spectrale. Je suis restée en surface, flottant moi aussi tel un fantôme au-dessus de cette histoire qui me semblait pourtant prometteuse.
Je l'ai lu, sans m'ennuyer. Mais je l'ai refermé, sans ressentir d'émotion particulière.
Pourtant, je ne nie pas certaines qualités à ce roman et je comprends aussi qu'il ait pu séduire le jury du Prix Vendredi (et pas que) . C'est une forme de récit intéressante et les illustrations l'accompagnant sont à elles seules une réussite. Mais cela n'a pas suffi à me convaincre.

Mon avis est donc très mitigé sur ce roman. Mais je suis contente de l'avoir lu et d'avoir pu me faire mon propre avis sur ce lauréat du Prix Vendredi. 

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires de fantômes.

Pour ceux et celles qui aiment l'Histoire.

Pour ceux et celles qui veulent lire des romans illustrés. 

Pour les ados ( à partir de 13-14 ans) et les adultes.

 

#Sélection2018PrixVendredi

 

En compétition de ce Prix Vendredi 2018, il y avait : 
La tête sous l’eau d’Olivier Adam (Robert Laffont), Brexit romance de Clémentine Beauvais (Sarbacane), Pâquerette, une histoire de pirates de Gaston Boyer (Gallimard Jeunesse), Rester debout de Fabrice Colin (Albin Michel), Un mois à l’ouest de Claudine Desmarteau (Thierry Magnier), Trois filles en colère d’Isabelle Pandazopoulos (Gallimard Jeunesse), et Pëppo de Séverine Vidal (Bayard).

 

Illustrateur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
209
Prix
23.90 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Le projet Barnabus Le projet Barnabus

"-Peut-être que bientôt, je pourrai m’asseoir dans l’herbe et regarder les étoiles, dit un jour Barnabus.
En fermant les yeux, il avait déjà l’impression d’y être.
-Impossible,…
#leprojetbarnabus, #thefanbrothers, #littleurban

Lettre à toi qui m'aimes Lettre à toi qui m'aimes

"On a laissé flotter un long moment sans rien dire, à regarder le plafond et à se repasser la conversation. Là-dessus, tu as murmuré l’une de tes citations préférées :

“C’est comme ça qu’…
#lettreatoiquimaimes, #juliathevenot, #sarbacane

La théorie de l'iceberg
J’aime les surprises. La théorie de l’iceberg en est une belle.
#latheoriedeliceberg, #christopherbouix, #scripto, #gallimardjeunesse, #onlitplusfort
Rackette-moi si tu peux
Une déclinaison pour les primaires de la collection Les Graphiques chez Gulf stream.
#rackettemoisitupeux, #lesgraphiques, #sophieadriansen, #clerpee, #gulfstream
Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage
"Le jardin était figé. Oublié depuis bien longtemps. Dans les arbres, aucun chant d'oiseau. Autour des fleurs, nulle abeille ne bourdonnait. Pas un papillon, pas une coccinelle ni même un moucheron."
#violettehurleventetlejardinsauvage, #paulmartin, #jeanbaptistebourgeois, #sarbacane
Les mots fantômes Les mots fantômes

"Lilas a soudain l'impression qu'elle n'est pas seule. L'adrénaline inonde ses veines. Elle scrute chaque recoin de la pièce, tentant de percer l'obscurité en plissant les yeux. Un pull qui traîne…
#lesmotsfantomes, #davidmoitet, #didierjeunesse

Les yeux d'Aireine
"Mes yeux, je les garderai baissés. Pas un regard, non, surtout pas."
#lesyeuxdaireine, #dominiquebrisson, #syrosjeunesse
Kaimyo , le nom des morts /1 – Les papillons de Kobé Kaimyo , le nom des morts /1 – Les papillons de Kobé

"Il démarra la voiture. J'ai dit :

- Un drôle de hasard, tout de même.

Et le Professeur, tandis qu'on descendait dans la ville, près des quais de la rivière, et que le soleil avait…
#kaimyo, #bertrandpuard, #gulfstream

Balto, le dernier des Valets de Coeur Balto, Le Dernier des Valets de Coeur

"Balto, mon poteau, il va sérieusement falloir revoir tes techniques de balade dans la ville, parce que là, les poulets lisent dans ton emploi du temps comme dans un livre ouvert à la bonne page…
#balto, #jeanpichelpayet, #ecoledesloisirs, #mediumplus

Mes petites roues
Ma belle découverte de la d'année 2017 : "Mes petites roues" de Sébastien Pelon chez Père Castor-Flammarion. Pour moi, plus qu'un album... Toute une aventure !
#album, #velo, #enfance, #aventure, #apprentissage