Snap Killer

Soumis par HashtagCeline le mer 17/04/2019 - 16:56
"La nuit est belle, noire, sans étoiles, sans lune, à peine fraîche."
#StabatMurder

 

En 2017, Stabat Murder de Sylvie Allouche (Editions Syros) nous plongeait au coeur d’une captivante enquête sur fond de musique classique.

Dans ce roman, quatre adolescents, tous des pianistes prometteurs, disparaissaient simultanément, de manière inexplicable. Clara Di Lazio, l'enquêtrice en charge de l'affaire, allait devoir agir vite pour les retrouver sains et saufs, tout en évitant de se laisser perturber par les souvenirs douloureux de son propre passé.

Dès sa parution, Stabat Murder a remporté un franc succès et trouvé son public, multipliant les récompenses et les sélections pour de nombreux prix.

Aujourd’hui, Sylvie Allouche récidive. Son héroïne, Clara Di Lazio, reprend du service pour une deuxième enquête qui peut se lire indépendamment de la première.

 

#RésumonsUnPeu

 

"La nuit est belle, noire, sans étoiles, sans lune, à peine fraîche."

La nuit est peut-être belle mais cela n’a pas empêché un terrible drame de se jouer. 

Au petit matin, dans la cour du lycée Anatole-France, un jeune homme est retrouvé pendu par les pieds à un arbre. La victime est rapidement identifiée et il s’avère que c’est un élève de l’établissement en question.

Clara Di Lazio est chargée de l’affaire. Les suspects sont nombreux et le mystère entourant cette étrange mise en scène semble épais. Ce crime va leur faire remonter le temps. Il y a six mois, un autre drame s'est produit. Cet événement tragique et celui d'aujourd'hui sont peut-être liés...

Epaulée par sa fidèle équipe, Clara Di Lazio va se lancer corps et âme dans cette sombre affaire. Mais son passé va refaire surface, encore... sous les traits de sa nièce, Lilo, qui a fugué et dont elle va devoir s’occuper quelques temps. Avec l’éprouvante enquête qui s’annonce, Clara Di Lazio se serait bien passée de cette visite surprise… 

 

#UneSuiteRéussie

 

Dans Snap Killer, Sylvie Allouche brouille littéralement les pistes et nous emmène aussi loin que possible de la vérité pour nous y ramener à quelques pages de la fin et nous l’assener, comme une claque.

L'autrice nous promène au fil des avancées mais aussi des déconvenues de l’enquête. Les personnages que l'on rencontrait dans le premier tome se montrent sous un nouveau jour, de façon un peu plus personnelle et notamment l'héroïne, Clara Di Lazio.

Elle apparaît ici dans toute sa force mais aussi toute sa fragilité. N’ayant toujours pas réglé ses comptes avec le passé, elle y est encore une fois confrontée, sans échappatoire possible. Mais la présence de Lilo, qu’elle imagine être une difficulté, est peut-être une chance. Grâce à l'adolescente, l’enquêtrice va pouvoir commencer à panser ses blessures et renouer contact avec sa famille.

Son histoire est très touchante tout comme celle de Lilo, victime collatérale d'un passé lourd de souffrances, qui cherche aujourd’hui des réponses.

Autour de son héroïne, Sylvie Allouche brosse le portrait d’une équipe de policiers attachante dont les membres, très soudés, ont également des failles et des choses à prouver. Tous ont un rôle essentiel dans la résolution de l’affaire mais aussi dans la vie de Clara Di Lazio, surtout quand l'enquête va soudain prendre un tour plus personnel. Louise, Gauthier, Clément, Nathan… Ce sont des collègues mais aussi des amis. Et avec l’humour de certains d’entre eux, la pression redescend. Heureusement car l'angoisse, elle, ne fait que monter au fur et à mesure qu'on avance dans le récit.

Mais si ce roman passionnant est aussi remarquable, c'est pour une raison bien particulière. En effet, il permet à l’autrice de dénoncer le harcèlement sous sa forme qui fait le plus de ravages aujourd’hui : sur les réseaux sociaux. Ce sujet important est amené de façon intelligente tout en permettant de comprendre les rouages de cette enquête policière complexe. Dans ce livre, on croise la route de lycéens et de professeurs apparemment comme les autres qui vont pourtant être tour à tour suspects, victimes ou peut-être coupables… Qui sait ?

Ce qui est certain, c’est que Snap Killer est un très bon polar en compagnie duquel vous ne verrez ni le temps ni les pages défiler.

 

Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
336
Prix
16.95 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Kill all enemies
Retour sur mes coups de coeur : Kill all enemies de Melvin Burgess. Un auteur que j'adore avec des textes qui dérangent.
#killallenemies, #melvinburgess, #scripto, #gallimardjeunesse
Bandiya, la fille qui avait sa mère en prison
Une grand-mère, une mère et une tante braqueuses? La vie famille de l'héroïne sort de l'ordinaire!
#bandiyalafillequiavaitsamereenprison, #catherinegrive, #fleurus
Toxic Girls
"Avant, elles étaient quatre. Maintenant, elle est seule."
#toxicgirls, #kitfrick, #bayard, #pageturners
Petit Renard
Petit Renard tombe, tombe... La dune se rapproche... et quand il atterrit, ça fait : POUF !
#petitrenard, #edwardvandevendel, #marijetolman, #albinmicheljeunesse
Comment j'ai changé ma soeur en huître (et une huître en ma soeur) Comment j'ai changé ma soeur en huître ( et une huître en ma soeur)

"Ça titillait ma curiosité alors je me suis approché et, je sais pas si t'as déjà côtoyé ces machins, les huîtres, c'est mou, c'est beurk, c'est moite et ça schmoute. Un peu comme Judith…
#commentjaichangemasoeurenhuître, #emiliechazerand, #joelledreidemy, #pepix, #sarbacane

Le rêve de Gaëtan Talpa
"Gaëtan Talpa était une jeune taupe qui vivait dans un jardin extraordinaire. Sa maison sous terre était tout confort. Il ne manquait de rien, ni d'histoires, ni de jouets, ni de câlins."
#lerevedegaetantalpa, #stephaniedemassepottier, #adeleverlinden, #lesfourmisrouges
Du haut de mon cerisier
"Moi, je suis en prison, comme si j'avais été arrêtée par Scotland Iard, sauf que les barreaux sont en brouillard et que mes compagnons de cellule se sont tous déjà enfuis."
#duhautdemoncerisier, #paolaperetti, #gallimardjeunesse
Non !
Non ? N'est-ce pas un drôle de nom pour un chien ?
#non, #martaaltes, #circonflexe, #chien, #nom
Le canard le plus paresseux du monde et autres incroyables records
"Au cours de la rédaction de ce livre, [les auteurs] ont consommé 4978 sandwichs au bacon et bu 9983 bols de chocolat chaud."
#lecanardleplusparesseuxdumondeetautresincroyablesrecords, #johnyeoman, #queninblake, #littleurban, #premiersromans
Faites attention à moi Faites attention à moi

“Je ne veux pas ouvrir les yeux. J’ai peur de ce que je vais voir. Ou plutôt, de ce que je ne vais pas voir. De qui je ne vais pas voir.”


#faitesattentionamoi, #alyssasheinmel, #casterman, #letsread